Recueil de souvenirs :« voyage en Afrique »

Récit de Sr Thérèse Emmanuel, Supérieure générale des soeurs de Ste Thérèse d’Avesnes :

Partie le 22 octobre 2008 à 13h 25 de Roissy où j’ai rejoint le Conseil Général de la Providence de la Pommeraye, nous avons atterri à Abidjan 6h Groupe des soeurs en visiteplus tard. (….) pour rejoindre Bouaké par la route le 24.

La journée du 23 m’a donné l’occasion de traverser la Capitale économique de la Côte d’Ivoire profitant des allées et venues des soeurs dans les 2 communautés présentes sur la ville. Cela m’a permis de constater tout d’abord que le climat équatorial était bien chaud et humide !! et que la ville d’Abidjan avait acquis une importance certaine du point de vue activités et constructions.

Le lendemain, d’ailleurs nous avons été sur autoroute à double voie d’Abidjan à Bouaké. La végétation est luxuriante : forêts d’hévéas et de bois de teck de bout en bout.

Ce qui frappe d’emblée, c’est l’importance du temps réservé à la prière chaque jour, dans les paroisses et devant les grottes de N.Dame de Lourdes. Les Ivoiriens prient pour que la paix revienne dans leur pays.

A Bouaké, nous avons croisé les casques bleus de l’ONU regroupés à l’entrée de la ville. C’est là que les traces du conflit sont encore très apparentes car beaucoup de gens ont fui en laissant tout. La végétation pousse au travers des fenêtres et des toits découverts.

La maison du noviciat située là n’a pas subi trop de dommages en raison d’un gardiennage assuré mais il ne reste que 2 soeurs qui ont travaillé dans les camps de réfugiés avec les Jésuites. Les novices et les soeurs avaient dû fuir au moment des attaques.

«  JUBILE  »55 ans d’histoire et de présence religieuse.

Soeurs Célestine, Véronique et Martine( Malgaches en mission au Burkina) accompagnées de Soeur Roselyne (Burkina be en mission à Madagascar) et de quelques autres Soeurs du Burkina, nous avaient devancées sur ces lieux et étaient déjà parties vers Béoumi, lieu du Jubilé.

55 ans d’histoire et de présence religieuse dans ce pays ont été rappelés et célébrés au cours d’une émouvante Eucharistie bien préparée. De belles figures missionnaires ont été évoquées.

Soeur Bernadette Defois fêtait ses 53 ans de présence en Afrique de l’Ouest. On touche là la grâce que Dieu donne à son Eglise pour être réellement catholique, universelle.

A Béoumi, existaient 2 communautés l’une paroissiale et l’autre plus attachée à un collège qui, lui a été saccagé en grande partie. Les réparations sont en cours mais les habitants de la région ont tout juste de quoi vivre et ne peuvent plus payer les scolarités. Soeur Colette Coquant, que beaucoup connaissent par son frère, soutient l’équipe enseignante pour essayer de remettre en route cette structure.

Vers le Burkina

Après la fête, le lundi 27 octobre, nous nous sommes mises en route vers le Burkina au travers de la zone rebelle qui porte aussi les marques d’un abandon politique et économique. Aux divers barrages, les hommes armés attendent.. et ne veulent pas se résoudre à abandonner la place… Ils vivent comme ils peuvent et exigent parfois un petit pécule.

Le 28, nous étions à Nouna dans la soirée. Le 29, Véronique reprenait sa classe et retrouvait ses 44 élèves.

Ce voyage a permis de mieux comprendre la réalité de la Région Afrique de l’Ouest des Soeurs de la Pommeraye. La diversité des paysages et des climats, la réalité d’un pays voisin en difficulté permettent de mieux saisir la complexité de certaines situations. Tout cela ouvre l’esprit et le cœur. Un grand merci aux Soeurs de la Providence pour cette découverte.

A Nouna

Le 1er Novembre visite de tout le Conseil Général élargi aux Régionales de France et d’Amérique centrale ainsi que les anciennes Supérieures Générales : Lucienne Michel et Suzanne Teillet. Une belle table de Toussaint !

Très fraternellement à chacune. Thérèse Emmanuel.