30 ans en Amérique centrale

REGARD SUR 30 ANNEES… et Dieu dit que « cela était beau »

1973 : Elles étaient 3 disponibles. prêtes à aventurer la vie, traversant les mers, elles vinrent mûrir en terre hondurienne.

"3, dit Dieu, voilà un nombre qui me plaît et ce depuis toujours, dit Dieu ". Terre aux pentes raides et ensoleillées, Espaces grandioses et crevasses profondes. Terre de foi éprouvée, Foi des Mauges, foi latino-américaine. Mère Marie-Joseph comme dans un miroir reconnaît son Terroir. Tout au long des années, « servir » est le maître mot, La Providence veille… Et les jeunes pousses surgissent et croissent.

1988 : Un chapitre dit « extraordinaire » nous érige en Région avec notre sœur jumelle l’Afrique de l’Ouest et Gisèle en est nommée Supérieure Régionale, puis viendra ensuite France-Océan Indien et oui 3 Régions !…

Ce chiffre qui me plaît dit Dieu, Ce chiffre béni depuis toujours Qui dit quelque chose de l’œuvre de Dieu.

1991 : C’est le surprenant départ de Yolande au Conseil Général, non sans serrement de cœur, à partager, il nous faut consentir.

1994 : Et alors quel cadeau, on nous donne Françoise qui sentant l’avenir, élargit nos frontières allant du Salvador jusqu’au monde indigène. 3 années bien remplies et pour servir encore, on la voit repartir. De 3 années en 3 années ! « 3 encore » . dit Dieu « ce chiffre me plaît » mon œuvre se poursuit. De cela je témoigne puisque chacune avance docile à mon Esprit ?

1997 : La joie des retrouvailles .

Yolande nous revient riche d’expériences nouvelles . Elle retrouve la terre où les pousses ont grandi, Forte du jour où Dieu l’a saisie. Elle se donne sans compter, disponible toujours et Jusqu’à consentir à ce qu’un grain choisi Dont Dieu a le secret, Germe en cette terre même Et de l’ultime Rencontre nous montre le chemin. Alors arrive l’heure de passer le flambeau

2003 : II n’est vrai don reçu qui ne sait se donner. Lizeth accueille l’appel, attentive à l’Esprit Et ainsi surgit d’Amérique Centrale disponible et joyeuse sa première Régionale . Elle devra à son tour veiller sur la semence En pleine communion avec nos soeurs de France et de tous continents.

"Je suis content" dit Dieu, « mon champ devient fertile mais n’oubliez jamais, c’est moi qui fertilise et j’aime à vous redire : ma Providence veille ».

Sœur Françoise Raymond, décembre 2003, Soeur de la Providence de la Pommeraye