Dans la même rubrique...

Chef de travaux

Eglise construite par Richard Mique

A la fin de l’année 1771, Madame Louise est nommée dépositaire, c’est à dire sœur économe. Elle gardera longtemps cette tâche qu’elle accomplira avec perspicacité. Elle fait effectuer de nombreux travaux dans le carmel dont elle surveille de près l’exécution, comme l’attestent ses nombreux billets à M. Collemberg, le chargé d’affaires de la communauté.

Sous le règne de Louis XVI, le projet - déjà envisagé sous Louis XV - de reconstruire l’église délabrée, est mené à bien. Les plans établis par Fleuret, professeur à l’école militaire ne sont pas retenus ; les travaux sont confiés dès 1779 à Richard Mique. Originaire de Nancy, cet architecte a travaillé pour le roi Stanislas Leszczynski. A la mort de celui-ci en 1766, il passe au service de sa fille la reine Marie Leszczynska, qui meurt en 1768. Dès 1770, il travaille pour la nouvelle dauphine, Marie-Antoinette. En 1782, il est nommé architecte du roi et directeur de l’Académie royale d’architecture. La correspondance de Madame Louise reflète toute l’attention qu’elle porte au chantier qui dure jusqu’en 1785.

Ce qui m’inquiète le plus aujourd’hui, c’est que quand on a bâti l’église du couvent de Versailles, ni les religieuses ni mes sœurs n’ont pu obtenir de Monsieur Mique qu’on n’y travaillât pas les dimanches et fêtes. Mais je vous avertis que je n’entends pas cela et il est temps d’en parler. Il vaut mieux qu’on soit un an de plus à bâtir et qu’on observe les préceptes de Dieu et de l’Eglise (…) Faites le promettre à M. Mique et par écrit pour plus de sûreté. Travailler à nous bâtir une église est une excellente chose sans doute, mais vouloir y travailler sans aucune nécessité les jours de fête, c’est un acte antireligieux et antichrétien auquel, s’il plaît à Dieu, je ne donnerai jamais la main. J’ai déjà fait dire à plusieurs ouvriers que s’ils s’avisaient de travailler ces jours-là pour nous, ils le feraient pour la gloire de Dieu, et que je saurais si bien tenir les cordons de la bourse, qu’assurément leur profanation ne serait pas payée. Ces pauvres gens n’auraient même pas cette pensée, si elle n’était pas dans la tête de ceux qui les emploient (Lettre de Madame Louise à l’abbé Bertin, 1780, citée par l’abbé Proyart, “Vie de Madame Louise de France”).

Je brûle de zèle pour toi mon Seigneur !!! (“Livre des Rois”, 1, 19)

Qu’il s’agisse du gros œuvre, des finitions ou de la décoration, d’une écriture hâtive, où l’orthographe est souvent malmenée, Mère Thérèse de Saint-Augustin donne des instructions précises : Lettre à Richard Mique, septembre 1782

Voicy Monsieur la liste des saints que vous m’avez demandé pour le sculpteur 1° au fronton l’adoration des mages 2° sur la porte de l’église l’assomption de la Ste Vierge 3° d’un côté du portail St Joseph et le médaillon au-dessus le sommeil de St Joseph qu’un ange rassure [?] de l’autre côté notre Ste Mère Thérèse et le médaillon au-dessus Ste Thérèse avec un séraphin qui lui perce le cœur d’un dard enflam[m]é. Les 4 figures de l’Eglise à la place des 4 évangélistes qui sont à la congrégation de Versailles, le prophète Élie avec son chariot de feu, le second le prophète Élisée recevant du ciel le manteau du prophète, la 3e St Albert patriarche de Jérusalem tenant à sa main la règle du Carmel et la 4e St Jean de la Croix en carme avec un crucifix rayonnant qui lui apparaît

A ce programme iconographique s’ajoutent trois bas reliefs dans le vestibule : la « Déposition de croix », la « Présentation de Jésus au temple » et « Jésus devant les Docteurs »

Elle ne manque pas à l’occasion de manifester son impatience, voire son agacement devant la lenteur des travaux et ne s’en laisse pas conter quant à la qualité et au coût des matériaux.

Lettre à Richard Mique, novembre 1782

J’ai été fort surprise l’autre jour, Monsieur, en / pressant le charpentier pour travailler vite à / notre clocher qui avait l’air d’en rester là. Il dit / qu’il était tout prêt mais que dans ce moment, / il n’avait rien à faire pour ce qu’il attendait le menuisier/ Vous m’aviez promis qu’il serait / revêtu de plomb et j’apprends que ce ne sera que / du bois peint. Comment voulez-vous que cela / dure ? Peut-être cela ira-t-il 20 ou 30 ans et fort / sujet à des réparations fort coûteuses Pour une / communauté il faut que cela soit plus durable/ Je vous prie si la menuiserie est nécessaire / que cela n’empêche pas qu’il soit revêtu de plomb / par dessus. Les cloches sont fondues et arrivées, je / suis très pressée. Donnez je vous prie des ordres, / Monsieur, pour que cela aille promptement et solidement […]

Le chantier est aussi retardé par des "accidents de travail. En 1780, un charretier est écrasé sous les pierres qu’il transporte. La communauté émue assure les frais de son enterrement. En 1782, un ouvrier a le doigt écrasé ; Madame Louise le déplore : cela fait grand pitié. Quand le Saint Sacrement est installé dans le nouveau chœur le 28 mai 1784, reste l’aménagement et la décoration à terminer. Madame Louise demande à Richard Mique d’intervenir auprès du sculpteur Deschamps : Je crois qu’il a monté sur l’échafaud une ou deux fois depuis que vous êtes venu, il n’y laisse pas même d’ouvriers, si bien que l’église est fermée, tandis que ces temps-ci on devrait travailler dès cinq heures du matin ; et on ne peut pas nous tromper là-dessus, car on entend bien de notre chœur si on travaille ou ne travaille pas. (Lettre de Madame Louise à Richard Mique, 30 Juin 1785, Centre historique des archives nationales, AB XIX 3319, d. 9) Sentence St Denis

Les figures carmélitaines :

Le prophète Elie
Le prophète Elie
Le prophète Elisée
Le prophète Elisée

  • Crédits photographiques :
  • Façade de l’église du carmel de Saint-Denis construite par Richard Mique
    © Saint-Denis, musée d’art et d’histoire, droits réservés
  • Lettre de Madame Louise à Richard Mique, 20 septembre 1782
    Paris, Centre historique des archives nationales, AB XIX 3319, d. 9.
    © Droits réservés, reproduction interdite
  • Le prophète Elie, le prophète Elisée, Saint Albert, Saint Jean de la Croix, par Joseph Deschamps
    Bas relief, écoinçons de la coupole de l’église du carmel de Saint-Denis
    © Saint-Denis, musée d’art et d’histoire, cl. Irène Andréani
  • Lettre de Madame Louise à Richard Mique, 25 novembre 1782.
    Paris, Centre historique des archives nationales, AB XIX 3319, d. 9.
    © Droits réservés, reproduction interdite
  • Sentence du carmel de Saint-Denis
    © Saint-Denis, musée d’art et d’histoire, droits réservés
Saint Albert
Saint Albert
Saint Jean de la Croix
Saint Jean de la Croix