Entrez et priez (août 2011)

Dans ton cœur
habite la paix éternelle.
Tu voudrais la déverser
dans tous les cœurs,
tu pourrais
les inonder ;
pourtant tu ne trouves pas
d’accès ici-bas.
 
Ils n’ont pour les légers coups
que tu frappes
nulle oreille ;
tu dois donc user
du marteau.
Ce n’est qu’après une longue nuit
que le jour point,
et c’est dans les douleurs de l’enfantement
que naîtra ton règne.

Édith Stein
(Thérèse-Bénédicte de la Croix)