Fête de Sainte Thérèse et Parole de Dieu

15 octobre 2008-Fête de Ste Thérèse d’Avila

Au cœur de l’année Paulinienne,

Au cœur du Synode des évêques à Rome, du 5 au 26 octobre,

Sur le thème « La parole de Dieu dans la vie et la mission de l’Eglise »

N’y a-t-il pas là autant d’invitations à regarder notre « Madre » dans son rapport à la parole de Dieu ? Que nous dit-elle de L’Ecriture ?

Suite à une décision de l’inquisition en 1559, (Thérèse a 44ans) elle est privée de l’accès direct à la bible qui ne peut plus être lue en castillan. D’un mur, d’un obstacle, Thérèse en fait un tremplin :"

« Lorsque l’on interdit un grand nombre de livres en castillan, j’en ai eu du regret….. Le Seigneur me dit : n’aie donc pas de peine, je te donnerai un livre vivant » (Vie 26 5)

Voici quelques citations de Ste Thérèse concernant la Parole de Dieu :

Déjà avant d’entrer dans la vie religieuse :

"Cependant une impression profonde se produisit dans mon cœur grâce à la parole de Dieu (Vie 3)

Puis :

« O Jésus qui pourrait connaître tout ce que doit renfermer la sainte Ecriture » (Demeures 7-3)

« Nous avons un si grand Dieu et Seigneur qu’une seule de ses paroles doit contenir mille mystè-res dont nous ne comprenons pas le commencement »( Pensées sur l’amour de Dieu" chap. 1)

"Pour n’importe quelle vérité de la sainte Ecriture, j’étais prête à mourir 1000 morts" « Tout le malheur du monde vient de pas connaître clairement la Sainte Ecriture » (Vie 40)

"Que tout soit conforme à la sainte Ecriture"

(cette parole revient comme un liet motiv dans les écrits de Thérèse)

"Ils (ses confesseurs) me rassurent à l’aide des saintes Ecritures et c’est ce qui me convient le mieux" (Fondations chap. 30)

Pour moi ? Une parole de Dieu est peut-être à l’origine de ma vocation, je peux en faire mémoire dans la prière. Quel est mon rapport à la Parole de Dieu ?

Si je le souhaite je peux l’écrire en quelques mots.

Ai-je dans le cœur, dans l’esprit une sorte de bibliothèque personnelle des textes de la Parole de Dieu qui me parlent, auxquels je reviens souvent ?

Quelques exemples, qui montrent combien Thérèse est imprégnée par la Parole de Dieu ; plus de 600 cita-tions scripturaires se lisent dans ses écrits, la bible a pénétré la pensée et la vie de Thérèse.

Dans le livre de sa vie (Chap 30) Thérèse nous fait confidence d’un passage de l’Évangile qui a marqué sa jeunesse, et qu’elle reprendra souvent dans ses œuvres :

"Oh que de fois je me rappelle l’eau vive que le Seigneur donna à la Samaritaine ! C’est pourquoi j’aime beaucoup cet Évangile.

Déjà quand j’étais enfant, je l’aimais sans comprendre la valeur de ce bien et je suppliais très souvent le Seigneur de me donner de cette eau ; dans la pièce où je me tenais un dessin représentait le Seigneur arrivant près du puits avec cette lé-gende : Domine, da mihi aquam (Jean IV, 15) "

En cette année St Paul nous pouvons mettre en parallèle, la passion pour le Christ de Paul et de Thérèse

Thérèse d’Avila château intérieur, VIe demeure, chapitre 4

 : "O mes sœurs ! ce que nous quittons n’est rien, ni tout ce que nous faisons, ni tout ce que nous pourrions faire pour un Dieu qui consent ainsi à se donner à un ver de terre ! Puisque nous espé-rons jouir de ce bien dès cette vie même, que faisons – nous ? A quoi nous arrêtons-nous ? Est-il rien d’assez grand pour nous distraire un instant de chercher ce Seigneur comme faisait l’Epouse, dans les rues sur les places ? Oh ! Tout au monde est moquerie qui ne nous rapproche pas de cela et ne nous aide pas à le rejoindre, même si délices, richesses, joies, tout ce qu’on peut imaginer, devaient durer toujours ! Tout est dégoût, ordure, en comparaison des trésors dont nous devons jouir à jamais ! Et cela même n’est rien, comparé au seul fait de posséder le Seigneur de tous les trésors, ceux du ciel et ceux de la terre."

Phil chapitre 3 versets 7-12

« Tous ces avantages dont j’étais pourvu, je les ai tenus pour un désavantage, à cause du Christ. Bien plus, je veux désor-mais les considérer pour désavantageux au prix du gain suréminent qu’est la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur. Pour Lui j’ai accepté de tout perdre, je regarde tout comme déchets, afin de gagner le Christ, et d’être trouvé en Lui , n’ayant plus ma justice à moi, celle qui vient de la Loi , mais la justice par la foi au Christ, celle qui vient de Dieu et s’appuie sur la foi ; le connaître avec sa puissance de résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans la mort, afin de parvenir si possible à ressusciter d’entre les morts. Non je que je sois déjà devenu parfait, mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus. »

Thérèse actualise la parole d’Elie : « Il est vivant le Dieu devant qui je me tiens » , et celle de la règle du Carmel : "chacun demeurera seul dans sa cellule ou près d’elle « méditant jour et nuit la Loi du Sei-gneur. Ps 1,2- Jos 1,8 » Pour elle, cette Parole, c’est la Parole faite chair : « le Christ dans son humanité » « Sa majesté a été le livre où j’ai trouvé toutes les vérités » Vie 26 5