L’Eucharistie dans la Règle primitive du Carmel

L’EUCHARISTIE

L’Eucharistie a une place centrale dans la Règle. Elle n’est pas insérée par hasard. Elle fait participer à la vitalité du Christ ressuscité. Le projet de vie au Carmel est réglé et façonné par le caractère sacramentel de l’Eucharistie.

Pour donner encore plus d’importance à ce centre idéal, les carmes ont projeté et construit un lieu central au milieu des cellules c’est-à-dire là où il faut se rendre ensemble tous les jours. Se réunir dans la chapelle située au cœur, devient un acte collectif chargé de valeur et de force dans le Seigneur grâce à la participation vivante de chacun Dans le dessin représentant la Règle, il faut remarquer la place centrale du N° 14 signalant l’oratoire et l’Eucharistie quotidienne. Autour de l’Eucharistie se placent les exigences de fraternité communautaire authentique : avant R12 communauté des biens, après R15 révision de vie C’est comme si la Règle disait : « sans un effort humain de partage ( pour les choses matérielles incluses ), sans une réalisation fragile mais vraie de la communion des biens, et sans une sobriété et un détachement des biens matériels, on ne peut partager le pain de la vie, on ne peut devenir un seul corps en Christ. Si cet effort préalable existe, même fragile, alors la grâce de la communion transforme tout. Il sera possible aussi de voir et de discerner le vrai bien commun avec charité et liberté intérieure.

Elisabeth de la Trinité

Elisabeth parle de l’Eucharistie souvent dans les lettres qu’elle adresse à des prêtres et en lien avec l’exercice de leur ministère sacramental, bien sûr il faut tenir compte dans notre lecture des connotations de son époque toujours marquée, malgré plusieurs siècles écoulés par la théologie du Concile de Trente. « Le prêtre est vu comme consécrateur et médiateur dans l’Eucharistie qui est essentiellement envisagée comme sacrifice » (Pierre de Cointet, dans Elisabeth de la Trinité, aventure mystique) ● L au Chanoine Angles :177 août 1903 -271 du 9-5-1906 -294 du 8 ou 9 juillet 1906 ● L 202 du 2-6-1904 à l’abbé Beaubis Il s’agit de s’unir soi-même à cette offrande du Christ ● L 309 vers le 9-9-2006 à sa mère ● L à l’abbé Chevignard 234 du 21-7-1905 -231 du début juin 2005 - 232 vers le 25-6-1905165 du 14-6-1903

Thérèse d’Avila Rappelons-nous que pour Thérèse d’Avila, un couvent était fondé quand une première messe était dite, c’est vouloir signifier l’importance qu’elle lui donne. Il nous suffit de parcourir le livre des Fondations ● F 3, 8 9 12 13 14 15 Medina del Campo ● F 9, 5 Malagon ● F 10, 4-5 Valladolid ● F 14, 6 Duruelo ● F 15, 9-10 Tolède Deux chapitres du Chemin de la Perfection parlent de l’Eucharistie ● Chemin de la Perfection Ch 34 et 35 de Marcelle Auclair Ch 36 et 37 du Père Grégoire La plupart des grâces mystiques furent données à Thérèse au cours d’Eucharistie ● Relation du 9-2-1570 (Grégoire page 535 ; Marcelle Auclair 541) ● Relation du 29-5-1571 (Grégoire page 538 ; Marcelle Auclair 545) ● Relation du 30 mars 1972 (Grégoire page 545 ; Marcelle Auclair 550) ● Relation du 18 Novembre 1572 (Grégoire page 551 ; Marcelle Auclair 555) ● Relation du 28-8-1575 (Grégoire page 562 ; Marcelle Auclair 840) ● Relation de 1575 à Séville (Grégoire page 567 ; Marcelle Auclair844)

Jean de la Croix

« La place de l’Eucharistie et de la vie sacramentelle est très mineure dans les écrits de Jean de la Croix. Il n’en fut cependant pas de même dans sa vie. Si nous prenons le temps de relire sa vie, nous pourrons le suivre à Medina où il passa sa jeunesse. Il rend là des services à l’église et assiste à la célébration des messes. Durant son noviciat (1563-1564), plusieurs témoignages affirment son culte pour le Saint-Sacrement…Au couvent des études Saint-André de la ville universitaire de Salamanque( 1564-1568), Jean avait le privilège d’occuper une cellule pauvre, mais proche du sanctuaire. Elle lui permettait de voir l’autel du Saint-Sacrement par une petite fenêtre. Dans un climat de méditation et de prière, dans la contemplation, ses temps d’étude consistaient à puiser dans la présence eucharistique sciences divine et humaine. »(Dominique Poirot) Dans ses écrits, citons : ● Vive Flamme B 1,5 ● Poème « Je vis mais sans vivre en moi » Cerf page 135 strophe 5 ● Poème « Je sais une source » Cerf page 151

Thérèse de l’Enfant-Jésus

PN 25 ● Ms A 25r° ● Ms A 32v° ● MsA 35r° Thérèse eut elle aussi de grandes grâces au moment de l’Eucharistie ● Ms A 45r° la grâce de sa complète conversion ● Ms A 45v° dévorée de la soif des âmes ● Ms A 84r°son offrande à l’amour miséricordieux durant la messe du 9-6- 1895, fête de la Sainte Trinité

Edith Stein : voir citation dans l’article spécifique