La jubilation de Jésus : L’école de prière de Benoit XVI (n°15)

Cycle de catéchèses sur la prière chrétienne - 7 décembre

Chers frères et sœurs,

Les évangélistes Matthieu et Luc (cf. Mt 11,25-30 et Lc 10, 21-22) nous ont transmis un « joyau » de la prière de Jésus qui est souvent appelé « Hymne de jubilation  » ou « Hymne de jubilation messianique ». Il s’agit d’une prière de reconnaissance et de louange, comme nous l’avons entendu. Dans l’original en grec des évangiles, le verbe par lequel cet hymne commence, et qui exprime l’attitude de Jésus s’adressant au Père, est « exomologoumai », souvent traduit par « je loue » (Mt 11,25 et Lc 10,21).

Mais dans les écrits du Nouveau Testament, ce verbe indique principalement deux choses : la première c’est « reconnaître jusqu’au bout » - par exemple, Jean-Baptiste demandait à qui venait à lui pour se faire baptiser de reconnaître jusqu’au bout ses péchés (cf. Mt 3,6) – ; la seconde c’est « se trouver d’accord ». L’expression par laquelle Jésus commence sa prière contient donc le fait qu’il reconnaît jusqu’au bout, pleinement, l’agir de Dieu le Père, et en même temps, le fait d’être totalement, consciemment et joyeusement d’accord avec cette façon d’agir, avec le projet du Père. L’Hymne de jubilation est le sommet d’un chemin de prière où apparaît clairement la communion profonde et intime de Jésus avec la vie du Père dans l’Esprit Saint et où se manifeste sa filiation divine.

Jésus s’adresse à Dieu en l’appelant « Père » . Ce terme exprime la conscience et la certitude de Jésus d’être « le Fils », en communion intime et constante avec Lui, et c’est le point central et la source de toute prière de Jésus. Nous le voyons clairement dans la dernière partie de l’Hymne, qui éclaire tout le texte. Jésus dit : « Tout m’a été donné par mon Père et personne ne sait qui est le Fils sinon le Père ni qui est le Père sinon le Fils et celui auquel le Fils veut le révéler » (Lc 10, 22). Jésus affirme donc que seul « le Fils » connaît vraiment le Père. Toute connaissance entre des personnes – nous en faisons tous l’expérience dans les relations humaines - , comporte une implication, un lien intérieur entre celui qui connaît et celui qui est connu, à un niveau plus ou moins profond : on ne peut connaître sans une communion de l’être. Dans l’Hymne de jubilation, comme dans toute sa prière, Jésus montre que la vraie connaissance de Dieu présuppose la communion avec lui : c’est seulement en étant en communion avec l’autre que je commence à le connaître ; il en est aussi ainsi avec Dieu : c’est seulement si j’ai un contact vrai, si je suis en communion, que je peux aussi le connaître. La vraie connaissance est réservée au « Fils », le Fils unique qui est depuis toujours dans le sein du Père (cf. Jn 1,18), parfaitement uni à lui. Seul le Fils connaît vraiment Dieu, en étant dans une intime communion de l’être ; seul le Fils peut révéler vraiment qui est Dieu.

Le nom de « Père » est suivi d’un autre titre : « Seigneur du ciel et de la terre ». Par cette expression, Jésus récapitule la foi dans la création et fait résonner les premières paroles de l’Ecriture Sainte : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre » (Gn 1, 1). En priant, il rappelle la grande narration biblique de l’histoire d’amour de Dieu pour l’homme, qui commence par l’acte de la création. Jésus s’insère dans cette histoire d’amour, il en est le sommet et l’accomplissement. Dans son expérience de la prière, l’Ecriture Sainte est éclairée et elle revit dans son ampleur la plus complète : annonce du mystère de Dieu et réponse de l’homme transformé. Mais, par l’expression « Seigneur du ciel et de la terre », nous pouvons aussi reconnaître comment en Jésus, qui révèle le Père, s’ouvre pour l’homme la possibilité d’accéder à Dieu.

Jésus

Posons-nous maintenant la question : à qui le Fils veut-il révéler les mystères de Dieu ? Au début de l’hymne, Jésus, exprime sa joie parce que la volonté du Père est de tenir ces choses cachées aux savants et aux sages, et de les révéler aux petits (cf. Lc 10,21). Dans cette expression de sa prière, Jésus manifeste sa communion avec la décision du Père qui révèle ses mystères à celui qui a un cœur simple  : la volonté du Fils est une seule chose avec celle du Père. La révélation divine n’advient pas selon la logique terrestre, selon laquelle ce sont les hommes cultivés et puissants qui possèdent les connaissances importantes, et qui les transmettent aux gens plus simples, aux « petits ». Telle est la volonté du Père, et le Fils la partage avec joie. Le Catéchisme de l’Eglise catholique dit : « Son tressaillement « Oui, Père ! » exprime le fond de son cœur, son adhésion au « bon plaisir » du Père, en écho au « Fiat » de sa Mère lors de sa conception et en prélude à celui qu’il dira au Père dans son agonie. Toute la prière de Jésus est dans cette adhésion aimante de son cœur d’homme au « mystère de la volonté » du Père (Ep 1, 9) » (2603).

D’où l’invocation que nous adressons à Dieu notre Père : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » : avec le Christ, et dans le Christ, nous aussi nous demandons à entrer en harmonie avec la volonté du Père, en devenant ainsi nous aussi ses enfants. Dans cet Hymne de jubilation, Jésus exprime ainsi sa volonté d’impliquer dans sa connaissance filiale de Dieu tous ceux que le Père veut y faire participer ; et ceux qui accueillent ce don, ce sont les « petits ».

Mais que veut dire « être petits », simples ? Quelle est la « petitesse » qui ouvre l’homme à l’intimité filiale avec Dieu et à l’accueil de sa volonté ? Quelle doit être l’attitude de fond de notre prière ? Regardons le « Discours de la Montagne » dans lequel Jésus affirme : « Bienheureux les cœurs purs, ils verront Dieu » (Mt 5,8). C’est la pureté de cœur qui permet de reconnaître le visage de Dieu en Jésus-Christ : c’est avoir un cœur simple comme celui des enfants, sans la présomption de qui s’enferme en lui-même, pensant n’avoir besoin de personne, pas même de Dieu.

Il est intéressant de noter en quelle l’occasion Jésus s’exclame par cet hymne au Père. Dans le récit évangélique de Matthieu, c’est la joie, parce qu’en dépit des oppositions et des refus, il y a des « petits » qui accueillent sa parole et qui s’ouvrent au don de la foi en Lui. L’hymne de jubilation est en effet précédé par le contraste entre l’éloge de Jean-Baptiste, l’un des « petits » qui ont reconnu l’agir de Dieu dans le Christ Jésus (cf. Mt 11,2-19), et le reproche pour l’incrédulité des villes du lac « dans lesquelles s’étaient produits la majeure partie des prodiges » (cf. Mt 11,20-24). La jubilation est donc vue par Matthieu en relation avec les paroles par lesquelles Jésus constate l’efficacité de sa parole et de son action : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et de ce que vous voyez : les aveuglent voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, l’Evangile est annoncé aux pauvres. Et bienheureux celui qui ne trouve pas en moi motif de scandale ! » (Mt 11,4-6).

Saint Luc aussi présente l’Hymne de jubilation en lien avec un moment où se développe l’annonce de l’Evangile. Jésus a envoyé les « soixante-douze disciples » (Lc 10, 1) et ils sont partis avec un sentiment de peur du fait de l’échec possible de leur mission. Luc aussi souligne le refus rencontré dans les villes où le Seigneur a prêché et accompli des signes prodigieux. Mais les soixante-douze disciples rentrent remplis de joie parce que leur mission a été un succès ; ils ont constaté que, par la puissance de la parole de Jésus, les maux de l’homme sont vaincus. Et Jésus partage leur satisfaction : « à cette heure même », à ce moment-là, Il exulta de joie.

Il y a encore deux éléments que je voudrais souligner. L’évangéliste Luc introduit la prière avec cette remarque : « Jésus exulta de joie dans l’Esprit Saint » (Lc 10, 21). Jésus se réjouit en partant de l’intérieur de lui-même, de ce qu’il a de plus profond : la communion unique de connaissance et d’amour du Père, la plénitude de l’Esprit Saint. En nous impliquant dans sa filiation, Jésus nous invite nous aussi à nous ouvrir à la lumière de l’Esprit Saint, parce que, comme l’apôtre Paul l’affirme, « nous ne savons pas … prier comme il faut, mais l’Esprit lui-même intercède par des gémissements ineffables … selon les desseins de Dieu » (Rm 8, 26-27) et il révèle l’amour du Père. Dans l’évangile de Matthieu, après l’Hymne de jubilation, nous trouvons un des appels de Jésus les plus poignants : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et opprimés, et je vous donnerai le repos » (Mt 11,28). Jésus demande de venir à Lui, qui est la vraie sagesse, à Lui qui est « doux et humble de cœur » ; il propose « son joug », la voie de la sagesse de l’Evangile qui n’est pas une doctrine à apprendre ni une proposition éthique, mais une Personne à suivre : Lui-même, le Fils unique en parfaite communion avec le Père.

Chers frères et sœurs, nous avons goûté un moment la richesse de cette prière de Jésus. Nous aussi, par le don de son Esprit, nous pouvons nous adresser à Dieu, dans la prière avec la confiance des enfants, en invoquant le nom du Père, « Abba ». Mais nous devons avoir le cœur des petits, des « pauvres en esprit » (Mt 5, 3), pour reconnaître que nous ne sommes pas autosuffisants, que nous ne pouvons pas construire notre vie tout seuls, mais que nous avons besoin de Dieu, nous avons besoin de le rencontrer, de l’écouter, de lui parler. La prière nous ouvre à la réception du don de Dieu, sa sagesse, qui est Jésus lui-même, pour accomplir la volonté du Père sur notre vie et trouver ainsi le repos pour les fatigues de notre chemin. Merci.

Benoît XVI
7 décembre 2011

Source : zenit.org