75 018 Paris

Paris (Montmartre)

Entrée-Accueil

S’inscrivant dans toute l’histoire chrétienne de Montmartre, dans ce quartier à la réalité si diverse, si contrastée, notre carmel, fondé en 1928 pour assurer tout près de la Basilique du Sacré-Cœur une présence de prière, veut être aujourd’hui un oasis de silence et de paix au sein de Paris.

Une vingtaine de sœurs y vivent et vous invitent à venir partager leur prière.

Notre carmel est situé au pied du campanile de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre.

Moyens d’accès : métro Anvers ou Abbesses (et funiculaire ou Montmartrobus).

Adresse

Carmel de Montmartre - 34, rue du Chevalier de la Barre - 75018 Paris - Tél : 01 46 06 33 48 - Fax : 01 46 06 53 80 - courriel : carmel.montmartre chez carmel.asso.fr

Offices Semaine Dimanche
Laudes 7 h 30 8 h 00
Eucharistie (avec les Laudes en semaine) 7h 30 9 h 00
Vêpres 17 h 00 17 h 00
Complies 20 h 10 20 h 10

Site du Carmel de Montmartre

Vue sur Paris

Origines

Le 15 octobre 1604, en l’anniversaire de la mort de celle qui allait devenir sainte Thérèse de Jésus, moins d’un demi-siècle après la fondation du premier carmel vivant de son charisme, six de ses compagnes de la première heure, appelées pour implanter le Carmel en France, arrivent à Paris. Les carmélites se rendent à Notre-Dame des Champs, lieu où, selon la tradition, Saint Denis aurait baptisé des chrétiens avant d’y être arrêté, elles vont ensuite à Notre-Dame, cœur du diocèse, puis à Saint-Denis, en souvenir de l’évêque fondateur de la ville. Elles qui viennent pour leur mission de prière veulent marquer que leur vocation s’insère dans une église locale pour que leur prière puisse d’autant mieux embrasser le monde entier. Le lendemain, elles assistent à la messe en la petite chapelle de Saint Denis et de ses compagnons martyrs, chapelle située à mi -butte au milieu des champs de Montmartre…

C’est ainsi que, sous le double signe de l’universalité de sa vocation et de son enracinement local, le Carmel s’implante à Paris. Il continue aujourd’hui à être présent dans la capitale sur cette butte de Montmartre qu’a gravi au long des siècles une « foule immense de témoins » du Christ.

C’est en 1928 qu’a été fondé le carmel de Montmartre. Dès l’érection de la Basilique du Sacré-Cœur, à la fin du XIXe, le cardinal de Paris ne conçoit pas ce lieu sans la présence d’un carmel « où la prière sera incessante ». Le carmel de Paray-le-Monial, lui aussi sous le signe de l’Amour miséricordieux du Cœur de Jésus, entreprend de le fonder dès 1918, au milieu de la détresse d’une Europe qui se déchire. C’est le 6 juillet 1928 que la première messe est enfin célébrée à Montmartre dans la petite chapelle du nouveau carmel, porté par tout un peuple de croyants et grâce à l’activité inlassable et audacieuse de sa première prieure, Mère Marie de Jésus, une italienne au cœur de feu.

Alessandra di Rudini, est née à Naples en 1876 et rien ne semble la prédestiner au carmel. Son père exerce des fonctions importantes dans le gouvernement du jeune royaume d’Italie, elle fréquente ainsi la meilleure société européenne et épouse à dix-huit ans le marquis Carlotti. Après sept ans de mariage, mère de deux jeunes fils, Alessandra, travaillée par la question religieuse sans parvenir à une décision intérieure, assiste à la mort, sans signe d’espérance, de son mari agnostique : la jeune veuve a 25 ans. Un long cheminement intérieur, une quête ardente douloureuse et sans compromis de la vérité et de l’amour humain la prépare mystérieusement à accueillir l’amour de Dieu. Le retournement intérieur se produit à Lourdes en 1910. Alessandra décide alors de renoncer à tout ce qui faisait sa vie et entre au carmel de Paray-le-Monial un an plus tard. Devenue prieure, elle mène à bien la fondation de Paris, malgré un état de santé très déficient, et entreprend ensuite la fondation de deux autres carmels en France. Des livres retracent son parcours hors du commun et surtout son aventure spirituelle faite de force d’âme et de tendresse fraternelle (Alessandra di Rudini, carmélite, par une moniale, DDB, 1961 ).

« La sainteté, écrit-elle, est la lumière de Dieu reçue dans un cœur humble et vécue dans la vie. »

Note particulière de la communauté

Fondé pour accompagner dans la prière silencieuse la mission de la Basilique, le carmel de Montmartre reste aussi ouvert au monde entier, de par sa présence dans cette capitale et en ce lieu particulier où passent des visiteurs de tous les continents.

Feu

Et la communauté de sœurs, de tous âges et de toutes origines, manifeste aussi par sa composition la richesse de l’universalité de l’Eglise.

Accueil

Accueil Il est toujours possible de venir prier dans notre petite chapelle durant la journée et de participer aux célébrations liturgiques.

Artisanat Tricots pour enfants, broderies diverses (dont étoles et ornements liturgiques), peintures sur soie - confection de cartes et images, de chapelets, de bougies décorées et d’icônes. Travaux de secrétariat informatique. Tous ces travaux d’artisanat sont produits en petites quantités, selon les possibilités de la communauté.

Jardin

La communauté vit aussi du travail de son jardin potager.