Premières impressions à Solenzo

Nos premières impressions

Une surprise, un étonnement devant une vie d’Eglise où les laïcs prennent une grande part.

« Les catéchumènes du village sont ici, à Solenzo, pour 3 semaines. Trois semaines de préparation au baptême. Les catéchistes animent cette préparation, sans prêtres. J’apprécie beaucoup leur ferveur, leur disponibilité. Quitter leur village pour trois semaines ! On sent la Foi qui les anime. dernièrement, 15 couples s’étaient réunis pour la préparation au mariage, même disponibilité, même préparation avec les laïcs ».

« Les reliques de Sainte Thérèse sont passées au Burkina et dans notre village de Solenzo. Quel accueil ! Même les musulmans de la Capitale ont déplacé leur horaire de prière afin de pouvoir accueillir Sainte Thérèse. C’est formidable » !

Rencontre de l’enfance missionnaire.

« Nous avons célébré la semaine missionnaire. Les enfants sont fidèles à la prière du soir, au chapelet. C’est eux-mêmes qui animent la prière. Une dizaine de groupes de 12 environ. J’ai été très touchée de voir les enfants conscients de leur travail. Ils parviennent à s’exprimer et à s’écouter l’un l’autre. Comme le thème de l’année est sur l’épanouissement intellectuel, nous avons visité une mine de coton. Ils étaient très intéressés de voir ce que devenait leur coton et le fonctionnement des machines à la SOFITEX. Je vais partir dans un autre village pour un camp. Là aussi, le thème : »l’importance de l’Education et aussi l’année de l’Eucharistie et Sainte Thérèse.«   »La vie de famille est très importante ici : la rencontre, le repas ensemble. Ils prennent le temps pour se rencontrer, partager les nouvelles, donner le souhait et la bénédiction. Je sens cela lorsque nous allons chez eux".

Avec les Sœurs de la Pommeraye et Sœur Catherine Noël d’Avranches, nous faisons connaissance avec les gens. Nous découvrons : le bureau de l’action sociale, ou de l’éducation de base, les malades, les orphelins, les responsables de mouvements. Autant de bonnes occasions de s’inculturer.

« J’ai été à l’ouverture d’une nouvelle paroisse à 42 Kms de Nouna, avec des représentants de la paroisse et un prêtre. Pour y aller ? Pas de route, pas de taxi brousse, pas de car mais un camion de coton. Des gens vont à vélo. C’est un village pauvre et éloigné ».

« A Noël, nous avons préparé pour la première fois, ici à Solenzo, une messe avec les enfants. Ils ont mimé l’Evangile comme je le faisais avec mes élèves ».

"En voyant que le dimanche les chrétiens ne participent pas aux chants (c’est la chorale et il y a l’obstacle de trois langues différentes) le prêtre de la paroisse a été d’accord pour préparer quelque chose avec les enfants et les jeunes. Nous voulions trouver le temps pour que les enfants aient leur part.

Le temps est occupé par le centre : couture, cuisine, tricot, cours d’éducation morale, alphabétisation. Des gardes, à tour de rôle, du dortoir des jeunes.

La vie est bien remplie. Les découvertes nombreuses.

Extrait du courrier de Sœur Marie Célestine et Sœur Marie Juliette Janvier 2005