Sa vocation au Carmel

Par la Croix vers la lumière …

2Comment le père Jacques a-t-il vécu l’appel du Carmel ?2

« Le père Jacques était un grand cœur, et ce qui le caractérisait du point de vue carmélitain, c’était son souffle, sa flamme véritablement élianiques », écrivait le Provincial des carmes en 1947.

« Le prophète Élie surgit comme un feu, sa parole brûlait comme une torche » (Sir 48, 1). Le Carmel a reconnu dans ce prophète audacieux et ami de Dieu son inspirateur et son père.

Communauté des Carmes d'Avon en 1941 (le père Jacques est au premier rang, le troisième en partant de la droite)
Communauté des Carmes d’Avon en 1941 (le père Jacques est au premier rang, le troisième en partant de la droite)

Dans les temps de déréliction et de résistance, la prophétie s’est dressée dans le langage du refus de tout ce qui avilit l’homme. L’Amour préférentiel de Dieu a engendré une sainteté de contestation et de résistance au mensonge né de la mort arbitraire. Contestataire, résistant, en vrai fils d’Élie, le père Jacques était un être d’incandescence qui mettait à nu ; déchireur d’horizons, il dérangeait les égoïsme, les illusions, la vie en surface. Il pouvait être gêneur, sans nuances et sans compromis : métal pur.

Veilleur, « éveilleur » comme il définissait lui-même la tâche de l’éducateur, le père Jacques a lutté contre toutes les résignations. « Le prophète sent brûler dans son cœur la passion pour la sainteté de Dieu et, après avoir accueilli sa parole dans le dialogue de la prière, il la proclame par sa vie, ses lèvres et ses gestes, se faisant héraut de Dieu contre le mal et le péché. » (Jean-Paul Il)

Parmi les notes inédites du père Jacques nous lisons :

« Une année s’ouvre dans le désarroi, la menace. L’angoisse pèse sur tout.. Pas de jérémiades stériles. Pas d’anathèmes inutiles. Pas de découragement surtout.. Un bien, un énorme bien sortira de ce chaos mondial. Mais à l’arrivée de ce bien nous devons travailler. Dieu nous fait l’insigne honneur de nous appeler à collaborer avec lui. Nous avons à aider Dieu à sauver le monde, ou plutôt à laisser Dieu sauver le monde par nous, en se servant de nous… Notre rôle est de sauver le monde par la sainteté. Le monde a besoin de saints. Dieu désire des saints. On ne peut accéder à la sainteté satisfaire de tout son être une vivante et réelle hostie. Sans effusion de sang il n’y a pas de rédemption. Et dans cette forte sainteté nous trouverons le secret de sauver le monde. »

« Faire de tout son être une vivante, et réelle hostie. Sans effusion de sang il n’y a pas de rédemption »

Père Jacques à son bureau
Père Jacques à son bureau

La vocation du Carmel est de manifester ce qui est au cœur du Mystère de la rédemption : les noces du Christ dans la nuit de la Croix pour le salut du monde. Thérèse de Lisieux communie à ce Mystère dans l’abandon total à la foi nue, par un amour effectif de la Croix ne faisant qu’un avec l’amour de Jésus, le Dieu crucifié, et ce jusque dans la nuit plus profonde encore, la nuit du néant , jusqu’aux ténèbres plus épaisses encore . Elle perçoit que ce qui lui est demandé c’est de vivre la nuit de la croix comme la nuit de l’enfant qui s’abandonne finalement entre les bras du Père, espérant tout de lui.

Disciple de la petite Thérèse, frère Jacques de Jésus a fait sourire le Christ dans le camp de Gusen (Jean Cayrol). Il a mené son combat « en première ligne du drame), selon ce qui caractérise la vie du carme : le sacrifice, non pas une e, mais une offrande, l’immersion dans le mystère de la rédemption, la compassion d’amour dans la plus noir des nuits. Tous les soirs, dans la cour du camp de Gusen, avant l’appel, avec deux compagnons, en priant Thérèse de Lisieux, il s’offrait lui-même comme victime d’holocauste à l’Amour miséricordieux du Bon Dieu. Il accomplissait ainsi la parole de l’apôtre : »Imitez Dieu, puisque vous êtes des enfants qu’il aime ; vivez dans l’amour, comme le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même à Dieu pour nous, en offrande et victime, comme un parfum d’agréable odeur." (Ep. 5,1-2)

Frère Philippe Hugelé, carme, vice Postulateur de la Cause