Une prière authentique !

S’il n’y a donc pas de critère interne d’une prière bien faite, cependant, il y a des critères externes d’une vie de prière authentique !

Externes, c’est-à-dire que ces critères ne se trouvent pas dans l’acte de prière lui-même, mais dans la vie de tous les jours.

Car une prière authentique ne peut que transformer mon cœur. Et mon cœur étant transformé, ma vie ne peut que changer dans ma manière de me comporter, le regard que je porte sur les autres, sur les événements, sur les situations…

Même si je reste le même, en définitive, avec mes qualités naturelles et, même, mes limites personnelles ! Mais, peut-être aura changé aussi ma manière de regarder ces limites en les reconnaissant avec humilité et avec un peu plus de miséricorde envers moi-même.

La prière est un moyen ! Le but est de vivre en enfant de Dieu, de vivre de Dieu dans le concret de sa vie humaine,pour dire bref, de vivre selon l’Évangile !

Je ne vis l’Évangile que si, pour moi, « vivre, c’est le Christ », que si le Christ vit en moi…

La petite Thérèse ne disait-elle pas : « plus je suis unie à Jésus, plus j’aime mes sœurs ! »

Cette union est une union de tout l’être à Dieu, en Jésus Christ, qui fait que l’Évangile n’est pas une loi extérieure qui s’impose à nous comme des décrets, mais une loi intérieure qui nous donne de vouloir presque spontanément, de plus en plus spontanément, ce qui est conforme à l’Évangile, c’est-à-dire de vouloir ce que Dieu veut !

La prière fait passer dans notre cœur la loi de l’Évangile puisqu’elle nous dispose au don toujours nouveau de l’Esprit Saint. Normalement, les effets doivent en être perceptibles dans notre vie.

Nous devons y voir grandir le fruit multiforme de l’Esprit (Cf. Galates 5, 22-23) :

  • en premier lieu, l’amour envers le prochain, bien sûr,
  • et puis aussi, une certaine joie intérieure que rien ne menace durablement,
  • la paix dans le cœur qu’aucune épreuve n’entame vraiment, pas même les critiques des autres,
  • un sens du service qui se passe d’attendre des remerciements,
  • un regard de bonté sur les personnes que l’on rencontre,
  • une tendance à faire confiance aux autres sans naïveté ,
  • la douceur (autant que son caractère naturel peut le permettre !),
  • une plus grande maîtrise de soi,
  • une certaine relativisation de nos affections et de nos attachements (mais non une indifférence froide, au contraire !),
  • éventuellement des grâces de guérison intérieure,
  • et surtout un peu plus d’humilité.

Bien sûr tout cela ne se mesure pas au sortir immédiat du temps de prière ! Mais cela peut se remarquer à long terme quelque chose change, progressivement, d’année en année, dans ma vie. Parfois, a lieu un changement plus brusque, plus tangible.

Le regard extérieur des frères et des sœurs dans la foi peut être important,- et même de toute personne ! - car il n’est pas dit que nous soyons le meilleur juge de nos progrès spirituels ! En effet, nous pouvons passer par des moments difficiles où nous avons le sentiment d’être pire que jamais ! Mais ce peut être parce qu’il nous est davantage montré ce que Dieu veut changer en nous. Autrement dit, en réalité nous n’avons jamais été en aussi bon état, malgré les apparences !

Mais, nous-même ne pouvons le constater… Les autres le peuvent peut-être mieux !