L’œuvre du Seigneur

fruitier6

Cette nuit obscure de la contemplation se compose de lumière divine et d’amour comme le feu qui éclaire et réchauffe. Il en est de même pour le feu : il peut donner sa chaleur sans sa lumière , comme aussi sa lumière sans sa chaleur. C’est là l’œuvre du Seigneur. Il infuse ses faveurs comme il lui plaît.

NO p. 601

Retour Sommaire

… clartés d’aurore

Cet amour possède déjà quelque chose de l’union à Dieu, et participe quelque peu à ses propriétés qui sont plus l’œuvre de Dieu que de l’âme. Quant à l’âme, elle ne fait que donner son consentement.

NO p. 593-594

L’âme aime de mille manières dans ses pensées, dans ses œuvres ou dans les événements qui se présentent ; ses désirs ne cessent de la torturer en tout temps et en tout lieu ; elle n’est jamais en apix ; elle est dans les angoisses, toute embrasée et blessée d’amour.

NO p. 596

Tel est l’amour que demandait David : Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu (Ps 51)

NO p. 598

L’âme ne recherche plus en aucune manière sa consolation ou son plaisir soit en Dieu, soit en une créature quelconque ; elle ne désire rien.

Toute sa préoccupation est de chercher à lui plaire en quelque chose et de le servir quelque peu, coûte que coûte, comme il le mérite.

Aussi s’écrie-t-elle : « Hélas ! ô mon Seigneur et mon Dieu, comme ils sont nombreux ceux qui

Vont chercher en vous la consolation et la joie et vous demandent des faveurs et des dons ! Mais, comme ils sont peu nombreux ceux qui cherchent à vous plaire et à vous servir quelque peu au prix d’un sacrifice quelconque ou de leurs intérêts particuliers ! La faute n’en vient pas de vous, ô mon Dieu, car vous êtes toujours prêt à nous accorder de nouveaux bienfaits ; elle vient de nous qui ne savons pas les employer à votre service pour vous obliger à noue en accorder à nouveau. »

NO p.639-640

Une fois que l’âme a été blessée de l’amour du Christ, elle désire lui plaire et gagner ses bonnes grâces. C’est avec la foi, l’espérance et la charité que, non seulement elle gagnera les bonnes grâces et les faveurs de son Bien-Aimé, mais u’elle se trouvera complètement à l’abri et en sûreté contre ses ennemis.

NO p. 646-647

Retour Sommaire

attente passionnée

L’espérance ne s’attache qu’à Dieu seul ; aussi est-elle tellement agréable au Bien-Aimé qu’on peut dire en toute vérité qu’elle obtient de lui autant qu’elle en espère. C’est pour ce motif que l’Epoux lui dit que , par un seul de ses regards, elle a blessé son cœur. Car c’est la ferme espérance qui touche le cœur de Dieu et obtient tout de lui.

NO p. 649

Là où il y a le véritable amour de Dieu, il n’y a pas l’amour de soi ou de l’intérêt personnel.

Sans la charité, aucune vertu n’est belle devant Dieu.

Elle purifie la volonté de toutes ses affections et tendances à ce qui n’est pas Dieu pour ne les rapporter qu’à lui seul. Aussi dispose-t-elle cette puissance et l’unit-elle à Dieu par amour.

NO p. 650-651

L’âme est si préoccupée de son Bien-Aimé qu’elle le cherche partout :

en tout ce qu’elle pense, elle rêve au Bien-Aimé ;

dans tout ce qu’elle dit et dans tout ce qu’elle fait, elle parle et s’occupe de lui ;

qu’elle mange, qu’elle dorme, ou qu’elle fasse un travail quelconque, son unique souci est celui du Bien-Aimé.

L’âme considère comme petites toutes les grandes choses qu’elle a faites pour lui.

NO p.637

Retour Sommaire