Grands rendez-vous et petits clins d’œil

Prier, c’est très bien … Mais encore faut-il en trouver le temps !

La prière semble être devenue une denrée de luxe pour personnes privilégiées en ce monde où tout va en accéléré !

Mais, regardons de plus près notre existence : Il y a des choses que nous aimerions faire et que nous ne faisons pas faute de temps.

Il y a d’autres choses pour lesquelles nous finissons toujours par trouver du temps parce qu’elles nous passionnent…

L’aventure de la prière me passionne-t-elle ou non ?

Suis-je assez passionné de Dieu pour m’offrir à une relation vivante avec lui ?

Il n’est pas indispensable de prendre un temps de prière qui n’en finit plus ! Chacun doit donner ce qu’il peut en fonction de ses occupations et de son appel propre… Du moment que ce temps soit vraiment donné, sérieusement, fidèlement, régulièrement…

Oui, régulièrement !

Mieux vaut un petit temps quotidien qu’un grand temps qui n’aurait lieu qu’une fois par mois. Celui qui veut courir le marathon sans entraînement n’ira pas bien loin ou il risque le claquage !

Les temps forts de prière ne sont pas à inutiles, loin de là, mais rien ne remplace la régularité.

Pour trouver ce temps quotidien - si possible - un discernement est à faire : De quoi sont remplies mes journées ? Tout est-il vraiment nécessaire ? Ne pourrais-je pas me passer d’un peu de ceci ou de cela pour trouver un créneau dans mon emploi du temps où il me sera possible de fixer un rendez-vous avec Dieu, un rendez-vous d’amitié ? De préférence, sans lui poser trop souvent de lapins !

En tous cas, je peux être sûr que lui, il sera toujours au rendez-vous, d’une manière ou d’une autre !

Quel est le moment aussi où je serai le plus disponible ou le moins indisponible pour cause de fatigue ou de sommeil ?

Dieu est là, il attend, il espère, du matin au soir et du soir au matin. Son repos, c’est ta prière !

Lorsque j’ai rendez-vous avecuelqu’un que j’aime, j’y pense, les jours qui précèdent, les heures qui précèdent… Au long de ma journée, je peux bien penser au rendez-vous que j’ai fixé avec Dieu rendez-vous auquel, en réalité, il m’a appelé. Ce grand rendez-vous, peut-être le plus important de ma journée !

Ainsi n’avons-nous pas l’esprit trop accaparé au long de notre journée au point que le moment de la prière venue, nous nous trouvons tout vide, tout sec, avec bien du mal à nous recueillir.

Car c’est parce que la prière et notre vie sont trop coupées l’une de l’autre que cela nous arrive. On peut nourrir sa prière avec sa vie… et nourrir sa vie par la prière : Dieu ne nous fait-il pas des « clin d’yeux » au long de notre existence ?

Nous aussi, nous pouvons lui faire des clins d’œil au long de notre journée, comme à un ami…

Par exemple :

Quand nous marchons dans la rue, ou dans les transports en commun, à quoi, à qui pensons-nous ?

Quand un avion passe dans le ciel, un train sur sa voie ferrée, quand des sirènes de pompiers, d’ambulance ou de police retentissent, n’est-ce pas, en un bref instant, le moment de confier des personnes au Seigneur ?

Lorsque nous sommes devant un beau paysage, un beau monument, ou bien lorsque nous nous trouvons démunis devant la souffrance des autres, n’est-il pas possible, en un clin d’œil, de faire naître dans notre cœur un mouvement d’action de grâces ou de supplication ?

Tout cela favorise la prière à l’heure de la prière, car c’est déjà la prière.