A la suite du Christ

« Vivre dans la dépendance de Jésus-Christ
et le servir fidèlement d’un cœur pur
et d’une bonne conscience »
(Règle du Carmel)

C’est par le Christ que nous sommes vraiment en présence de Dieu. C’est en le suivant pas à pas que nous accédons à Dieu le Père dans l’Esprit.

Domenikos Theotokopoulos, surnommé Le Greco, vient d’arriver à Tolède lorsque, le 2 juillet 1577, l’archidiacre de la cathédrale lui commande ce tableau sur le partage de la tunique du Christ (l’Espolio). Il réalisera l’œuvre en l’espace de deux ans.

En ce même mois de juillet 1577, Thérèse d’Avila a commencé, au Carmel réformé de Tolède, la rédaction du « Livre des Demeures », ouvrage qui est un véritable chef-d’œuvre de la tradition spirituelle.

Quelques mois plus tard, Jean de la Croix est arrêté le 2 décembre 1577 à Avila par les Carmes opposés à la réforme du Carmel. Il est conduit au couvent de Tolède où il est enfermé dans un cachot durant neuf mois. Il parviendra à s’évader pour échapper aux dures conditions de détention qui mettaient sa vie en péril. Il connaît durant cette période d’incarcération des expériences mystiques exceptionnelles et il compose les premiers poèmes qui le classeront parmi les génies de la langue espagnole.

Le Christ est l’homme parfait « comme Fils unique plein de grâce et de vérité. » (Jn 1,14)

La Règle du Carmel nous invite à le suivre en toute notre vie.

Le suivre, c’est devenir libre à l’égard de toute attache matérielle, affective, voire spirituelle, comme le Christ pauvre, dont toute la richesse est l’amour qu’il a pour Dieu son Père.

Le suivre, c’est devenir disponible à Dieu et aux autres, comme le Christ chaste, lui qui a été capable d’amour pour tous parce que son cœur était tout à Dieu.

Le suivre, c’est désirer vivre un amour qui engage toute notre existence, comme le Christ obéissant, lui qui a été fidèle jusqu’au bout à l’amour de son Père pour tous les hommes.

Voir aussi Religieux à la suite du Christ