Dimanche de la Trinité

Un théologien des premiers siècles disait : « La foi de tous les chrétiens consiste dans la Trinité. » Or, beaucoup de gens imaginent que la Trinité est une sorte d’énigme arithmétique que seule pourraient résoudre les théologiens, une spéculation réservée aux intellectuels. On pense communément que c’est quelque chose d’abstrait, de difficiles à saisir. Et, malheureusement, certains estiment même que c’est un dogme accessoire.

Lors d’une session de préparation au mariage, un jeune fiancé me disait que s’il pouvait comprendre que Dieu était amour, la révélation du Dieu Trinité lui semblait incompréhensible voire inutile. Il ne se rendait pas compte que son raisonnement contenait une contradiction intrinsèque. En effet, si Dieu est amour, c’est parce qu’il est Trinité, et cette révélation est au centre du message chrétien. Car si l’on entend que Dieu est amour en ce sens que Dieu agit à notre égard avec miséricorde, sollicitude, et tendresse, cela, le peuple d’Israël le savait déjà et le Coran ne le rejette pas non plus. Et dans ce cas, on peut dire seulement que Dieu nous aime, mais pas que Dieu est Amour. Comme nous pouvons dire de chacun de nous que nous aimons telle ou telle personne ou chose, mais cela ne nous permet pas de dire que nous sommes amour. Or la révélation du Nouveau Testament va jusqu’à dire que Dieu est Amour. La révélation chrétienne porte sur la vie intime de Dieu, sur son être, et non sur son simple agir ou sentiment. Le Seigneur s’est révélé auprès des hommes par sa sollicitude pour nous, par ces intentions bienveillantes auprès des hommes. Mais avec Jésus-Christ, nous allons au-delà de la simple compréhension de la manifestation de l’amour de Dieu. Nous comprenons que non seulement Dieu agissait avec amour et par amour, mais qu’il était l’amour même. Avec Jésus, Dieu s’est révélé comme communion d’amour entre le Père et le Fils dans l’Esprit Saint.

Si l’on peut dire que Dieu est par essence l’amour, c’est parce que nous croyons qu’il n’est pas solitaire. En effet, il n’y a d’amour que s’il y a une personne qui aime et une personne aimée. Si je suis seul, si je n’aime rien ni personne, à la rigueur je peux avoir un désir d’aimer, mais je ne peux pas dire que j’aime. Je ne peux dire que j’aime que s’il y a une personne ou un objet vers lequel mon amour s’oriente. Or dire que Dieu est amour, c’est donc dire qu’en lui-même, et indépendamment de la création, il y a en lui une possibilité d’échange, de relations. Dire que Dieu est amour, c’est dire qu’il y a en lui-même une personne qui aime et une personne aimée. Car l’amour n’existe pas en théorie, ni de manière abstraite, il n’existe que dans la réalité d’une relation. C’est pourquoi la révélation de la Trinité va de pair avec la révélation de l’essence de Dieu comme amour.

C’est le mystère même de l’amour qui est à la source et à la fin de notre existence. Chacune des trois personnes n’existe pas pour elle-même, elle n’est qu’en étant pour les deux autres. Le Père n’existe comme Père distinct du Fils qu’en se donnant tout entier au Fils. Et le Fils n’existe comme Fils distinct du Père qu’en étant tout entier un élan d’amour pour le Père. Le Père n’existe pas d’abord comme une personne constituée en elle-même et pour elle-même : c’est l’acte d’engendrer le Fils qui le constitue comme personne. Et l’Esprit Saint est à la fois l’acte du don du Père au Fils, et la réponse du Fils au Père. Ainsi, chaque personne n’est en soi qu’en étant hors de soi. Ce qui nous est ainsi révélé, c’est que la relation d’amour est la forme originelle de l’être. C’est-à-dire que le fond de l’être divin est cette communion d’amour.

Oui, la source est là, Dieu nous aime parce qu’il aime en lui. Cette réalité de l’amour de Dieu, comme une caractéristique de son être, nous assure aussi la gratuité de son amour. Il ne peut pas ne pas nous aimer, ou bien il ne serait pas ce qu’il est. Son amour pour nous est ouverture de la communication de l’amour qui constitue son être. Nous ne faisons que partager l’amour qui constitue la relation du Père au Fils dans l’Esprit Saint. Dieu m’aime parce qu’il est l’amour. Au lieu d’une force obscure, d’une énergie prodigieuse mais sans visage, nous découvrons derrière la création, et à l’origine de cette création, un Amour.

Cette révélation du Dieu Trinité est aussi capitale, car c’est elle qui permet à l’être humain de se comprendre lui-même. Créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, l’homme se comprend d’abord comme fruit de l’amour divin. Créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, l’homme se découvre ensuite fondamentalement comme un être de relations et de communion. Tout homme découvre en lui ce désir d’aimer et d’être aimé, désir qu’il ne se réalisera pleinement qu’en entrant dans un mouvement de don de soi et d’accueil de l’autre. Notre vocation fondamentale à l’amour et au bonheur est donc une vocation au don et à l’accueil. Le mystère de la Trinité est donc aussi essentiel pour éclairer notre vie. Ce mystère nous révèle que notre destinée n’est rien d’autre que le travail d’une conversion permanente qui consiste à dépasser notre manière étriquée d’aimer. Et parmi tous les styles de vie, la vocation au mariage chrétien est celui qui manifeste le mieux la vocation de tout homme à partager l’amour trinitaire. En recherchant l’unité et la fécondité, le couple chrétien devient image de la vie trinitaire.

Nous pouvons ainsi comprendre que le mystère de la Sainte Trinité est le mystère central de la foi et de la vie chrétienne. Central pour la foi, car si nous pouvons dire que Dieu est amour, c’est parce qu’il est communion, c’est parce qu’il est Trinité. Central pour la vie chrétienne, car la réalisation de notre vocation consiste à participer pleinement à ce mystère de communion, de don et d’accueil.

Fr. Antoine-Marie o.c.d.