Se laisser sauver par le Dieu d’amour (5e dim. de carême 07/03/21 )

donnée au couvent d’Avon

Textes liturgiques (année B) : Jr 31, 31-34 ; Ps 50 (51) ; He 5, 7-9 ; Jn 12, 20-33

Après la résurrection de Lazare et l’onction de Béthanie, Jésus fait son entrée en gloire à Jérusalem. L’heure de Jésus approche aussi doit-il annoncer dès maintenant la portée universelle du salut qu’il vient révéler. Ce dernier discours de Jésus à la foule s’adresse à tous justement, à ses frères juifs comme aussi aux grecs, c’est-à-dire aux païens, aux païens convertis ou proche du judaïsme. Discours qui donnera tout son sens à sa passion. Jésus s’apprête donc à quitter cette vie qu’il partage avec nous mais pour nous révéler et nous faire entrer dans cette autre vie qu’il nous promet et qu’il va lui-même inaugurer par sa mort et sa résurrection. Ce n’est pas une gloire humaine que Jésus vient manifester mais la gloire de Dieu : ‘Père glorifie ton nom’ dit-il dans sa prière, prière à laquelle Dieu répond aussitôt par cette voix venue du ciel  : ’Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore’. Voilà la seule vraie gloire qui doit rejoindre le cœur des croyants ; gloire toute intérieure, celle d’une réelle rencontre avec le Seigneur. Une rencontre qui s’ouvre à l’humanité tout entière. Jésus a rassemblé des foules, il a fait beaucoup de miracles qui, tous, manifestent la puissance de vie qui est en lui. Puissance de vie qui donc témoigne de sa pleine communion à cette vie qui ne peut venir que de Dieu.

Jésus rencontre l’homme là où il se trouve, c’est-à-dire enfermé dans son péché et donc séparé de Dieu, livré à lui-même. C’est cet homme perdu, voué à la mort que le Christ vient sauver. Il vient le rejoindre jusque dans sa blessure, la partager pour nous en délivrer. Il vient lui-même soulever la croix que nous portons. La prenant sur lui il dénonce par-là toutes ces forces du mal, ces forces de mort dont l’homme reste prisonnier en se faisant lui-même un juge impitoyable. En s’éloignant de Dieu, l’homme a voulu prendre la place de Dieu, un dieu au jugement implacable et sans miséricorde. Un dieu purement humain qui n’a donc pas la maîtrise de la vie. C’est ce que le Christ vient révéler et dénoncer en assumant jusqu’au bout, jusqu’à la croix, cette violence et cette injustice dans laquelle l’homme restait enfermé. Jésus ne pouvait et ne devait surtout pas taire son message puisqu’il vient justement à la rencontre de l’homme pour lui révéler le Père, l’amour du Père pour sa création, lui révéler le salut. Il vient dénoncer le péché en portant sur lui les conséquences de ce péché. Il vient réaliser cette prophétie d’Isaïe : ‘Le juste mon serviteur justifiera la multitude en s’accablant lui-même de leurs fautes’ Isaïe 53, 11.

Si le Christ a rassemblé les foules, c’est pour les ouvrir à la révélation, à la grâce de Dieu. Le Dieu de Jésus Christ est un Dieu plein de miséricorde qui vient partager la souffrance et la mort de l’homme afin de lui apporter la Vie, la résurrection. Se laisser rejoindre et sauver par le Dieu d’amour, c’est accepter pour cela de faire tout un chemin de conversion. Ce chemin que le Christ vient ouvrir à l’homme. Il vient l’ouvrir en se révélant lui-même ce chemin qui conduit l’homme à Dieu. ‘Je suis le chemin, la vérité, la vie’ nous dit Jésus 14, 6. Il vient dénoncer cette fausse image de Dieu que l’homme s’était fait et nous révéler un Dieu miséricordieux qui veut le salut de tous les hommes. Il est le témoin le plus parlant de la gloire de Dieu, comme le confirme cette voix venue du ciel : ‘Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore’. Par cette voix qui est donnée haut et fort, Dieu se révèle en son Fils bien aimé, Jésus Christ. C’est lui qui en Fils obéissant au Père se donne entièrement pour nous sauver. ‘Nous voudrions voir Jésus’ disent les grecs. Le voir c’est chercher à connaître toujours plus celui qui nous révèle le salut et qui vient l’accomplir. Quand la gloire qu’il manifeste atteint le cœur du croyant elle lui permet alors d’avancer dans une vraie rencontre avec le Seigneur. Voir Jésus c’est toujours découvrir et redécouvrir sans cesse sa Parole. Le Seigneur s’adresse à chacun d’entre-nous personnellement mais il nous rassemble aussi pour que nous formions un seul corps, l’Église ! Il nous appelle à construire son Église afin qu’elle manifeste à tous la gloire de Dieu et rejoigne tous les hommes.

Fr. Bernard, ocd - (couvent d’Avon)
Revenir en haut