28e Dimanche T.O. ; Marc 10,17-30

Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ?

Cela s’est passé brusquement : Jésus se préparait à partir, et voilà un homme qui arrive en trombe et se met à genoux devant lui. Apparemment il est pressé, comme s’il jouait la dernière chance de sa vie ! Que vient-il demander ? Une guérison pour lui pour un de ses proches ? Non, cet homme arrive, tout essoufflé, pour poser une question bizarre : « Que dois-je faire pour avoir en partage la vie éternelle ? »

Et cette question nous gêne, parce que c’est justement celle que nous n’avons plus le courage de poser. Bien sûr, nous ne sommes pas à court de moyens pour éliminer ce témoin gênant. On dira :« C’est un anxieux ! ; nous qui sommes équilibrés, nous n’avons pas besoin de penser à une vie éternelle ! ». « C’est un nanti ! ayant tout ce qu’il lui faut pour vivre, il peut se payer le luxe de rêver à une autre vie ! ».

Mais nous sentons bien que toutes nos bonnes raisons seraient de l’enfantillage. Il faut entendre la question de cet homme, parce que c’est tout simplement un réaliste : il veut dès aujourd’hui une vie qui puisse traverser la mort ; il veut, avec les choses qui passent, construire dès aujourd’hui du définitif. C’est lui qui a raison, et nous qui sommes des rêveurs : nous imaginons que « ça va durer toujours », et lorsque nous prenons conscience du vide de notre action, de notre dévouement, de notre amour, lorsque nous constatons l’échec de notre visée spirituelle, de notre travail apostolique, nous imaginons toujours que nous pourrons, « plus tard », « un jour », recommencer notre vie, comme on efface le tableau pour recommencer une opération.

« Bon maître, dit l’homme, que dois-je faire pour avoir en partage la vie définitive ? »

Le Christ répond : « Tu as les commandements », c’est-à-dire : ce qui plaît à Dieu, ce qui est bon, ce qui est parfait. Pour chacun de nous ce serait déjà un programme ambitieux ; mais cet homme, à genoux devant le Christ, est d’une autre trempe :« Maître, tout cela, je l’ai gardé depuis ma jeunesse ». Et c’est vrai ! Le Christ qui le regarde sait qu’il dit vrai ; il sait ce qu’il en a coûté à cet homme, et il le prend en affection, non pas tellement pour le bilan positif de sa vie morale, mais parce que cet homme, ce fidèle, ce juste, a compris que le Christ lui demandait autre chose, une sagesse nouvelle, une sagesse chrétienne qu’il faut aimer plus que la santé, plus que la beauté et l’élégance, plus que le pouvoir et la volonté de puissance.

« Une seule chose te manque : va vendre ce que tu as, réalise tout cela au compte des pauvres. Puis viens, suis-moi ! ». Voilà bien, pour cet homme, et pour chacun(e) de nous, une de ces paroles de Jésus porteuse de vie, et qui pénètre au cœur de notre existence, pour trier nos sentiments et juger nos pensées. Une seule chose nous manque, c’est d’avoir brûlé nos vaisseaux et d’être devenus pour le Christ des inconditionnels.

Quelque part peut-être dans notre vie, il y a un oui qui n’a pas encore été dit à Dieu, et c’est cela qui nous rend tristes ; il y a un avoir qui nous empêche d’être, et c’est cela qui nous gêne pour suivre vraiment le Christ.

Je veux bien te suivre, Seigneur, mais laisse-moi me faire une place au soleil ; laisse-moi devenir quelqu’un dans la communauté. Je veux bien te servir, mais laisse-moi garder ce style que je tiens de mon passé. Je veux bien t’écouter, mais laisse-moi prendre ma distance vis-à-vis de ton Église. Je consens à recevoir ta parole, mais surtout, qu’elle ne vienne pas entamer mes évidences ni mon système !

Tant que nous en restons au « oui, mais », nous avons gardé quelque part « de grands biens ». Alors Jésus regarde autour de lui, et il dit à ses disciples, à nous tous : « Comme il sera difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le règne de Dieu ! ».

Nous sommes nous-mêmes souvent trop encombrés pour cheminer selon les Béatitudes, et Dieu n’a que faire de notre fil trop voyant, quand il veut broder au fond de notre cœur.

Les disciples ont si bien compris qu’ils en ont été catastrophés : « Mais alors, qui peut être sauvé ? » Tous nous réagissons comme cet homme qui « avait de grands biens » Tous nous restons crispés sur un trésor, que ce soient l’aisance, le confort, la culture et le pouvoir qu’elle donne, que ce soient l’indépendance intellectuelle, un schéma spirituel, l’influence sur les autres, les projets qui nous valorisent, que ce soient enfin un amour trop possessif ou des visées d’ambition poursuivies à travers les êtres aimés.

Et nous-mêmes, religieux et religieuses, qui avons promis de vivre pauvres, de suivre le Christ Serviteur, et de garder notre cœur ouvert sur le monde entier, sans jamais le refermer sur quiconque, pouvons-nous vraiment dire que nous avons tout quitté ? Sur la route étroite que le Christ a choisie pour nous et que nous avons choisie pour lui, ne sommes-nous pas retardés par des loisirs de riches, par le désir de plaire, et par une volonté d’autonomie souvent farouche et agressive ?

Frères et sœurs, peut-être allons-nous dire : « Dieu ne demande pas l’impossible ! ». C’est vrai en un sens, mais Jésus le disait autrement : « Tout est possible pour Dieu ». Sommes-nous prêts, aujourd’hui, à le laisser faire ? Aujourd’hui encore, le Christ nous offre sa parole, sa sagesse de vie. Aujourd’hui, après avoir communié tous ensemble à la vie qu’il nous apporte, faudra-t-il, malgré lui, que nous repartions tout tristes ?

Croire vraiment en Dieu qui peut tout, voilà pour nous la route de la paix.

Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.