4e Dimanche de Pâques, Jean10,1-18

Le vrai pasteur

Un enclos, des brebis, un berger : le cadre est facile à imaginer. Au temps de Jésus le parc à brebis était souvent un carré dessiné à flanc de coteau par des murets de pierres, et parfois, plus près des maisons, une cour à murs bas, avec çà et là une protection de ronces ou d’épines, et, bien sûr, une porte unique.

À partir de ces quelques éléments tout simples, presque banals, Jésus nous propose un enseignement vigoureux sur la foi, sur notre foi. C’est la parabole du bon pasteur. À vrai dire il n’est pas question d’abord du berger, mais de la porte, qui est comme un signe d’authenticité pour celui qui s’occupe des brebis :

Celui qui saute le mur est un voleur et un brigand : il ne vient pas pour prendre soin des brebis. Celui qui passe, tranquillement, par la porte, est le vrai berger, et il le prouve en agissant : il appelle chacune par son nom, le nom qu’il a inventé pour chacune ; il les fait toutes sortir, puis marche à leur tête, pour les conduire où il veut, parce qu’il sait où se trouve l’herbe tendre.

Et tout comme il y a deux sortes de berger, le vrai et l’étranger, il y a deux types de réaction des brebis. Quand se présente leur berger, elles écoutent sa voix et le suivent ; quant au mercenaire, elles le fuient, parce qu’elles ne connaissent pas sa voix.

Par deux fois Jésus déclare : « Je suis la porte » ; et il s’explique de deux manières.

  • Je suis la porte par laquelle on doit approcher les brebis, la porte pour les bergers, et là Jésus s’adresse aux responsables du peuple de Dieu.
  • Je suis la porte par laquelle les brebis doivent entrer et sortir ; entrer, pour se mettre à l’abri avec toutes les autres ; sortir, pour marcher au large et trouver l’abondance.

Entrer et sortir : c’est la liberté que l’on trouve dans le Christ ; et là chacun de nous est interpellé.

Déjà le psalmiste déclarait, à propos de l’entrée dans le Temple : « C’est ici la porte du salut, les justes y entreront ! » (Ps 119,20). Jésus redira, dans le même sens, au cours de son entretien après la Cène du jeudi saint : « Je suis le chemin, la vérité, la vie ; nul ne va au Père que par moi » (Jn 14,6) ;

Porte pour le berger, porte pour les brebis, Jésus est tout cela à la fois ; et dans son propre commentaire il amorce deux réflexions, l’une sur les réactions du pasteur, l’autre sur l’attitude des brebis.

L’examen de conscience des faux bergers vise les responsables du peuple de Dieu, comme chez les prophètes Jérémie (2,8 ; 10,21 ; 23,1-8) et Ezéchiel (34).

« Tous ceux qui sont venus avant moi, déclare Jésus, sont des voleurs et des brigands ». Qui sont-ils ? - Non pas les prophètes de Dieu, mais les marchands de bonheur, tout ceux qui, en Israël et dans le monde païen, prétendaient apporter la recette du salut et la vraie connaissance des choses de Dieu, et en tout premier lieu les Pharisiens et les Sadducéens qui, à l’époque, se disputaient l’autorité morale sur le peuple juif, les Pharisiens en étouffant parfois la parole de Dieu sous le poids des préceptes humains, les Sadducéens, c’est-à-dire la classe sacerdotale, en acceptant une contamination de la foi d’Israël par l’ambition politique et la toute-puissance de l’argent.

En régime chrétien, dès que l’on nomme les pasteurs, on évoque les ministres ordonnés à qui Jésus confie tous les jours les destinées de son Église ; mais également toutes les femmes et tous les hommes consacrés au Royaume de Dieu à plein temps, et qui portent, eux aussi, au quotidien le souci du peuple de Dieu.

Chacun d’eux, bien souvent, en fin de journée ou au cœur de l’action, se demande, à la lumière de l’Évangile :

  • Ne suis-je pas en train de m’approprier les brebis du Seigneur ?
  • Le Christ est-il présent en tiers dans tous mes dialogues ?
  • Mon travail de berger ou de bergère est-il pacifiant, élevant, libérateur ?
  • Serais-je prêt à sacrifier, s’il le faut, pour le troupeau une part de ma tranquillité, de mon épanouissement personnel ou de ma réputation ?

Des questions de même type se posent pour nous tous, car là nous sommes placés dans le peuple de Dieu, nous sommes toujours bergers et bergères, en position de témoins et de responsables.

De toute façon, l’autre réflexion proposée par Jésus, sur l’attitude des brebis, nous concerne tous. À la lumière des paroles de Jésus sur le berger, la porte et les brebis, c’est toute notre vie de croyants qui peut être relue : nos habitudes, nos raideurs, nos révoltes, notre volonté de puissance, nos tristesses et nos résignations.

Jésus dit : « Le berger marche à la tête de ses brebis, et elle le suivent, car elles connaissent sa voix » ; et cette parabole de Jésus suscite immédiatement en nous des questions vitales.

D’abord quels sont les bergers que je suis prêt à suivre ? Quand il s’agit de mener ma vie, de guider mon action, qu’est-ce qui fait concurrence, en moi, à Jésus berger ?

Puis surgit cette autre question : quelle voix me fait lever, sortir, agir ? Les voix que j’accueille ne me font-elles pas retomber sur moi-même ? Si souvent l’on entend la voix des gens blasés, des gens tristes, déclarant que, dans notre monde actuel, il est déjà trop tard pour tout ; la voix de croyants qui font bien partie de l’Église de Jésus, mais qui n’ont que des paroles d’amertume ou d’ironie pour cette Bergerie qui les a nourris et élevés.

La voix qu’il fait bon entendre, c’est, au contraire, la voix tonifiante du Christ qui veut nous conduire par ses chemin à sa mission, au service du Règne de Dieu son Père ; c’est aussi la voix très douce et insistante de l’Esprit Saint, qui souffle où il veut et qui ouvre toujours, dans le cœur, des chemins nouveaux.

Mais est-ce que je connais suffisamment la voix du Christ, mon berger, pour savoir la reconnaître dans le concret de ma vie ? Quelle place réelle occupe dans ma vie, dans mon emploi du temps, sa parole, son Évangile ?

Quant à la liberté que je cherche, est-elle celle que le Christ est venu apporter ? Si je sors du bercail vers les nourritures nouvelles du cœur et de l’esprit, c’est avec quelle avidité et pour quelle abondance ? Si je rentre dans l’enclos, c’est pour quelle sécurité ?

De plus, quand elle est authentique, la liberté que Jésus nous offre doit assurer à la fois le dynamisme et la cohésion de son Église, et susciter en chacun de ses disciples à la fois l’élan apostolique et l’engagement communautaire. De quelle mission, dès lors, pourrais-je me réclamer, si je n’étais passionné de communion fraternelle ?

Le Christ Pasteur est pour nous celui qui accueille et celui qui envoie, celui qui rassemble et qui relance. Il est devant moi chaque jour comme une porte toujours grande ouverte, qui m’invite à entrer pour la fraction du pain, qui m’appelle à sortir pour l’aventure de la foi et de l’espérance, pour le risque du témoignage.

Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.