La petite voie

Retour Sommaire

La petite fleur

Ma Mère bien-aimée, vous m’avez témoigné le désir que j’achève avec vous de Chanter les Miséricordes du Seigneur. Ps 89,2 Ce doux chant, je l’avais commencé avec votre fille chérie, Agnès de Jésus, qui fut la mère chargée par le Bon Dieu de me guider aux jours de mon enfance ; c’était donc avec elle que je devais chanter les grâces accordées à la petite fleur de la Sainte Vierge, lorsqu’elle était au printemps de sa vie, mais c’est avec vous que je dois chanter le bonheur de cette petite fleurette maintenant que les timides rayons de l’aurore ont fait place aux brillantes ardeurs du midi. Oui c’est avec vous, Mère bien-aimée, c’est pour répondre à votre désir que je vais essayer de redire les sentiments de mon âme, ma reconnaissance envers le bon Dieu, envers vous qui me le représentez visiblement ; n’est-ce pas entre vos mains maternelles que je me suis livrée entièrement Lui ? O ma mère, vous souvient-il de ce jour ?… Oui je sens que votre cœur ne saurait l’oublier… Pour moi je dois attendre le beau Ciel, ne trouvant pas ici-bas de paroles capables de traduire ce qui se passa dans mon cœur en ce jour béni.

Mère bien-aimée, il est un autre jour où mon âme s’attacha plus encore à la vôtre si c’est chose possible, ce fut celui où Jésus vous imposa de nouveau le fardeau de la supériorité. En ce jour, ma Mère chérie, vous avez semé dans les larmes mais au Ciel, vous serez remplie de joie Ps 126,5-6 [1v°] en vous voyant chargée de gerbes précieuses. O ma Mère, pardonnez ma simplicité enfantine, je sens que vous me permettez de vous parler sans rechercher ce qu’il est permis à une jeune religieuse de dire à sa Prieure. Peut-être ne me tiendrai-je pas toujours dans les bornes prescrites aux inférieurs, mais ma Mère, j’ose le dire, c’est votre faute : j’agis avec vous comme une enfant parce que vous n’agissez pas avec moi en Prieure mais en Mère…

Ah ! je le sens bien, Mère chérie, c’est le Bon Dieu qui me parle toujours par vous. Bien des sœurs pensent que vous m’avez gâtée, que depuis mon entrée dans l’arche sainte, Gn 7,13 je n’ai reçu de vous que des caresses et des compliments, cependant il n’en est pas ainsi ; vous verrez, ma Mère, dans le cahier contenant mes souvenirs d’enfance, ce que je pense de l’éducation forte et maternelle que j’ai reçue de vous. Du plus profond de mon cœur je vous remercie de ne m’avoir pas ménagée. Jésus savait bien qu’il fallait à sa petite fleur l’eau vivifiante de l’humiliation, elle était trop faible pour prendre racine sans ce secours, et c’est par vous, ma Mère, que ce bienfait lui fut dispensé.

Depuis un an et demi, Jésus a voulu changer la manière de faire pousser sa petite fleur, il la trouvait sans doute assez arrosée, car maintenant c’est le soleil qui la fait grandir, Jésus ne veut plus pour elle que son sourire qu’Il lui donne encore par vous, ma Mère bien-aimée. Ce doux soleil loin de flétrir la petite fleur la [2r°] fait pousser merveilleusement, au fond de son calice elle conserve les précieuses gouttes de rosée qu’elle a reçues et ces gouttes lui rappellent toujours qu’elle est petite et faible… Toutes les créatures peuvent se pencher vers elle, l’admirer, l’accabler de leurs louanges, je ne sais pourquoi mais cela ne saurait ajouter une seule goutte de fausse joie à la véritable joie qu’elle savoure en son cœur, se voyant ce qu’elle est aux yeux du Bon Dieu : un pauvre petit néant, rien de plus… Je dis ne pas comprendre pourquoi, nais n’est-ce pas parce qu’elle a été préservée de l’eau des louanges tout le temps que son petit calice n’était pas assez rempli de la rosée de l’humiliation ? Maintenant il n’y a plus de danger, au contraire, la petite fleur trouve si délicieuse la rosée dont elle est remplie qu’elle se garderait bien de l’échanger pour l’eau si fade des compliments.

Je ne veux pas parler, ma Mère chérie, de l’amour et de la confiance que vous me témoignez, ne croyez pas que le cœur de votre enfant y soit insensible, seulement je sens bien que je n’ai rien à craindre maintenant, au contraire je puis en jouir, rapportant au Bon Dieu ce qu’Il a bien voulu mettre de bon en moi. S’il lui plaît de me faire paraître meilleure que je ne suis, cela ne me regarde pas, Il est libre d’agir comme Il veut… O ma Mère, que les voies par lesquelles le Seigneur conduit les âmes sont différentes ! Dans la vie des Saints, nous voyons qu’il s’en trouve beaucoup qui n’ont rien voulu laisser d’eux [2v°] après leur mort, pas le moindre souvenir, le moindre écrit. Il en est d’autres au contraire, comme notre Mère Sainte Thérèse, qui ont enrichi l’Eglise de leurs sublimes révélations ne craignant pas de révéler les secrets du Roi, Tb 12,7 afin qu’il soit plus connu, plus aimé des âmes. Lequel de ces deux genres de saints plaît le mieux au Bon Dieu ? Il me semble, ma Mère, qu’ils lui sont également agréables, puisque tous ont suivi le mouvement de l’Esprit Saint et que le Seigneur a dit : Dites au Juste que TOUT est bien. Is 3,10 Oui tout est bien, lorsqu’on ne recherche que la volonté de Jésus, C’est pour cela que moi, pauvre petite fleur, j’obéis à Jésus en essayant de faire plaisir à ma Mère bien-aimée.

Retour Sommaire

l’ascenseur

2le constat de départ2

Vous le savez, ma Mère, j’ai toujours désiré d’être une sainte, mais hélas ! j’ai toujours constaté, lorsque je me suis comparée aux saints, qu’il y a entre eux et moi la même différence qui existe entre une montagne dont le sommet se perd dans les cieux et le grain de sable obscur foulé aux pieds des passants.

2le combat de la foi2

Au lieu de me décourager, je me suis dit : le Bon Dieu ne saurait inspirer des désirs irréalisables, je puis donc malgré ma petitesse aspirer à la sainteté ; me grandir, c’est impossible, je dois me supporter telle que je suis avec toutes mes imperfections,

2la recherche2

mais je veux chercher le moyen d’aller au Ciel par une petite voie bien droite, bien courte, une petite voie toute nouvelle. Nous sommes dans un siècle d’inventions, maintenant ce n’est plus la peine de gravir les marches d’un escalier, chez les riches un ascenseur le remplace avantageusement. Moi je voudrais aussi trouver un ascenseur pour m’élever jusqu’à Jésus, car je suis trop petite pour monter le rude escalier de la perfection. Alors j’ai recherché dans les livres saints l’indication de l’ascenseur, objet de mon désir,

2la découverte2

et j’ai lu ces mots sortis de la bouche de la Sagesse éternelle : Si quelqu’un est tout petit, qu’il vienne à moi (Pv.9,4). Alors je suis venue, devinant que j’avais trouvé ce que je cherchais et voulant savoir, ô mon Dieu ! ce que vous feriez au tout petit qui répondrait à votre appel, j’ai continué mes recherches et voici ce que j’ai trouvé : « Comme une mère caresse son enfant, ainsi je vous consolerai, je vous porterai sur mon sein et je vous balancerai sur mes genoux ! » (Is.66,13.12) Ah ! jamais paroles plus tendres, plus mélodieuses, ne sont venues réjouir mon âme, l’ascenseur qui doit m’élever jusqu’au Ciel, ce sont vos bras, ô Jésus ! Pour cela je n’ai pas besoin de grandir, au contraire il faut que je reste petite, que je le devienne de plus en plus.

2« Le Tout-Puissant a fait de grandes choses… »2

O mon Dieu, vous avez dépassé mon attente et moi je veux chanter vos miséricordes. « Vous m’avez instruite dès ma jeunesse et jusqu’à présent j’ai annoncé vos merveilles, je continuerai de les publier dans l’âge le plus avancé. » (Ps.70,17s)

Quel sera-t-il pour moi cet âge avancé ? Il me semble que ce pourrait être maintenant, car 2.000 ans ne sont pas plus aux yeux du Seigneur que 20 ans… qu’un seul jour…(cf.Ps.89,4) Ah ! ne croyez pas, Mère bien-aimée, que votre enfant désire vous quitter… ne croyez pas qu’elle estime comme une plus grande grâce de mourir à l’aurore plutôt qu’au déclin du jour. Ce qu’elle estime, ce qu’elle désire uniquement, c’est de faire plaisir à Jésus… Maintenant qu’Il semble s’approcher d’elle pour l’attirer au séjour de sa gloire, votre enfant se réjouit. Depuis longtemps elle a compris que le Bon Dieu n’a besoin de personne (encore moins d’elle que des autres) pour faire du bien sur la terre.

Ma Mère, pardonnez-moi si je vous attriste… ah ! je voudrais tant vous réjouir… mais croyez-vous que si vos prières ne sont pas exaucées sur la terre, si Jésus pour quelques jours sépare l’enfant de sa Mère, ces prières ne le seront pas au Ciel ?…

Votre désir est, je le sais, que j’accomplisse près de vous une mission bien douce, bien facile ; cette mission ne pourrai-je pas l’achever du haut des Cieux ?… Comme Jésus le dit un jour à Saint Pierre, vous avez dit à votre enfant : « Pais mes agneaux » Jn 21,15 et moi je me suis étonnée, je vous ai dit « être trop petite… » je vous ai suppliée de faire vous-même paître vos petits agneaux et de me garder, de me faire paître par grâce avec eux. Et vous, ma Mère bien-aimée, répondant un peu à mon juste désir, vous avez gardé les petits agneaux avec les brebis, mais en me commandant d’aller souvent les faire paître à l’ombre, de leur indiquer les herbes les meilleures et les plus fortifiantes, de bien leur montrer les fleurs brillantes auxquelles ils ne doivent jamais toucher si ce n’est pour les écraser sous leurs pas… Vous n’avez pas craint, ma Mère chérie, que j’égare vos petits agneaux ; mon inexpérience, ma [4r°] jeunesse ne vous ont point effrayée, peut-être vous êtes vous souvenue que souvent le Seigneur se plaît à accorder la sagesse aux petits et qu’un jour, transporté de joie, Il a béni son Père d’avoir caché ses secrets aux prudents et de les avoir révélés aux plus petits. Lc 10,21 Ma Mère, vous le savez, elles sont bien rares les âmes qui ne mesurent pas la puissance divine à leurs courtes pensées, on veut bien que partout sur la terre il y ait des exceptions, seul le Bon Dieu n’a pas le droit d’en faire ! Depuis bien longtemps, je le sais, cette manière de mesurer l’expérience aux années se pratique parmi les humains, car, en son adolescence, le saint roi David chantait au Seigneur : « Je suis JEUNE et méprisé. » NHA 1016 Ps 119,40 Dans le même psaume CXVIII, il ne craint pas de dire cependant : « Je suis devenu plus prudent que les vieillards : parce que j’ai recherché votre volonté… Votre parole est la lampe qui éclaire mes pas… Je suis prêt à accomplir vos ordonnances et je ne suis TROUBLE DE RIEN… » Ps 119,100-105

Mère bien-aimée, vous n’avez pas craint de me dire un jour que le Bon Dieu illuminait mon âme, qu’Il me donnait même l’expérience des années… ma Mère ! je suis trop petite pour avoir de la vanité maintenant, je suis trop petite encore pour tourner de belles phrases afin de vous faire croire que j’ai beaucoup d’humilité, j’aime mieux convenir tout simplement que le Tout-Puissant a fait de grandes choses en l’âme de l’enfant de sa divine Mère, Lc 1,49 et la plus grande c’est de lui avoir montré sa petitesse, son impuissance.

Copyright Cerf/DDB

Retour Sommaire