L’union avec Dieu par amour

La formulation de « union de l’âme avec Dieu par amour », telle qu’elle, peut ne pas convaincre nos contemporains, même les mieux intentionnés.

Le thème de la « nuit » largement employé par Jean de la Croix est un symbole facilement admis comme tel. Il n’en va pas de même des « épousailles » plus facilement considéré comme une allégorie.

Coucher de soleil Au premier abord, la formulation peut paraître intimiste, indifférente à une dimension sociale par ailleurs essentielle dans le christianisme, même sous une forme spécifique.

Elle a pourtant chez Jean de la Croix son fondement dans les Écritures en lesquelles la symbolique nuptiale est majeure. Par exemple :

- En saint Paul 1 Corinthiens 6, 16-17 : « Il est dit : Les deux ne seront qu’une seule chair. Celui qui s’unit au Seigneur, au contraire, n’est avec lui qu’un seul esprit » [Le Cantique spirituel B 22, 3] et 2 Corinthiens 11, 2 : « Je vous ai fiancé à un unique époux, comme une vierge pure à présenter au Christ », nous retenu comme citation par Jean de la Croix.

- Dans l’Évangile selon saint Jean, 17, 20-23 : « Que tous soient un, comme toi Père, tu es en moi et moi en toi » [Le Cantique spirituel B 39, 5].

*

Chaque terme de l’expression demande explication, à cause surtout d’un décalage culturel.

Union : cf. faire un ; communion

Âme : principe d’unité de la personne ; âme sensible, âme spirituelle

Dieu : principe de la déité, de divinité, du divin ; dans le mouvement trinitaire chrétien : Père créateur, Fils Bien-Aimé, Esprit d’amour

Amour : fond de l’être partagé par Dieu ; tous les sens et formes modernes du mot et leurs composantes, mais « purifié ».

*

Jean de la Croix, parlant du but, indique ses composantes et les moyens pour y arriver ; donnons quelques exemples :

« La première nuit regarde les débutants et le temps où Dieu veut les mettre en état de contemplation, et bien qu’elle concerne la partie sensitive, l’esprit y participe aussi. La seconde nuit, ou seconde purification, regarde ceux qui ont déjà fait des progrès ; par elle Dieu veut les faire entrer dans l’état d’union avec lui » [La Montée du Carmel 1, 1, 3].

« L’âme ne peut atteindre le sublime état de l’union avec Dieu sans vider auparavant son appétit de tous les objets naturels et surnaturels qui peuvent lui devenir une entrave » [La Montée du Carmel 1, 5, 2].

« L’union qui est une transformation de l’âme en Dieu n’existe pas toujours, mais seulement lorsqu’il y a ressemblance d’amour » [La Montée du Carmel 2, 5, 3].

« Dans ce chemin, abandonner tout chemin, c’est entrer dans le vrai chemin » [La Montée du Carmel 2, 4, 5].

« Il s’établit entre l’âme et Dieu une union si parfaite que l’âme et les attributs de Dieu ne font qu’un. L’âme alors semble plutôt Dieu qu’elle-même… elle est Dieu par participation » [La Montée du Carmel 2, 5, 7].

« Le moyen propre et proportionné de l’union avec Dieu c’est la foi » [la Montée du Carmel 2, 8, 1 / 9, 4].

« La nouvelle et bienheureuse vie qui s’obtient par le moyen de la nuit obscure, c’est l’état d’union avec Dieu » [La Nuit Obscure 2, 9, 4].

« L’union n’est autre qu’un divin mariage entre l’âme et le Fils de Dieu » [La Nuit obscure 2, 24, 3].

« Cette union ne se réalise parfaitement que dans l’autre vie » [Le Cantique spirituel 38, 4].

« Quand l’âme se trouve dans l’habitus de l’union, les opérations de la mémoire et des autres puissances sont divines » [La Montée du Carmel 3, 2, 16 & La vive Flamme d’amour 1, 29].