Homélie 16° Dim. TO : saisi de compassion ?

donnée au couvent de Paris

Dimanche 19 juillet 2015 - 16° dimanche du Temps ordinaire

Textes liturgiques : Jr 23, 1-6 ; Ps 22 ; Ep 2, 13-18 ; Mc 6, 30-34

C’est comme si Jésus lui-même était renouvelé dans son propre zèle apostolique ! Dimanche dernier, le Seigneur a envoyé les Douze en mission. Il leur a en quelque sorte donné part à sa propre activité salutaire, en leur conférant l’autorité sur les esprits impurs et la capacité de réaliser des guérisons. Il les a invités aussi à mener une vie qui ressemble à la sienne, dans la pauvreté et l’itinérance, autant de moyens qui laissent le cœur libre pour annoncer la bonne nouvelle du Royaume. Aujourd’hui les apôtres sont de retour auprès du Maître et lui rendent compte de leur activité : « Ils lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné ». Et la conséquence de cette annonce faite à Jésus, l’épisode suivant dans l’Évangile – nous n’en entendons que le début – c’est que Jésus enseigne une grande foule.

Jesus enseignant la fouleEt surtout, l’Évangile nous révèle la source profonde de cette activité apostolique : si Jésus se met à enseigner longuement les foules, c’est parce qu’il est «  saisi de compassion envers eux ». Il ne s’agit pas là d’un sentiment superficiel, mais d’une expérience qui saisit toute la personne de Jésus, c’est comme un flot qui jaillit du plus profond de son être et déborde de son cœur, dans ses actes et ses paroles. En quoi les foules que Jésus et les apôtres rencontrent sont-elles ainsi dignes de compassion ? « Elles étaient comme des brebis sans berger », c’est-à-dire qu’elles n’avaient personne pour les guider sur le chemin de la vie, sur le chemin de la vie avec Dieu. Jésus repère que là est la plus grande misère que l’humanité peut connaître. Lui dont l’existence tout entière, à chaque pas et à chaque souffle, est communion intime, totale, avec le Père, ressent avec violence ce qu’il en est d’une vie qui n’est pas en lien avec Dieu, et qui ne peut ainsi accomplir sa vocation profonde.

Ressentons-nous avec une douleur comparable – non pas au niveau des sentiments superficiels, mais au niveau de notre cœur profond – le fait que tant de personnes, en apparence, n’accueillent pas Dieu comme le centre de leur vie ? Cela peut stimuler notre propre zèle apostolique, notre propre désir d’annoncer la bonne nouvelle du salut de Dieu en Jésus-Christ. Ressentons-nous avec une douleur comparable, surtout, le fait que nous-mêmes, dans notre propre vie, nous n’accueillons peut-être pas autant le Seigneur qu’il le désire ? Comment cela est-il possible ? Peut-être que, dans notre vie, nous expérimentons quelque chose de ce dont saint Paul parle aux Éphésiens. Dans notre propre vie, n’y a-t-il pas le Juif et le païen, une partie de notre cœur fidèle à l’alliance de Dieu et une partie de notre cœur qui préfère demeurer attachée aux idoles et tourner le dos aux appels de Dieu ?

N’éprouvons-nous pas parfois que notre cœur est divisé, partagé par un mur de la haine, qui fait s’opposer en nous le vieil homme attaché à ses convoitises et l’homme nouveau baptisé dans le Christ ? C’est déjà une première grâce de s’en rendre compte, aussi humiliant que cela puisse être. Ce doit surtout être l’occasion de nous livrer toujours plus à l’œuvre de miséricorde du Seigneur. Qu’il purifie notre cœur en lui donnant sa paix ; qu’il brise en nous ce mur de la haine qui nous rend capable de nous retourner contre nous-mêmes ; qu’il unifie notre cœur en en faisant une seule réalité, « par son sang », «  par sa chair crucifiée », c’est-à-dire par sa vie entière offerte pour notre salut.

Prenons le temps, pendant ces semaines où peut-être un changement de rythme nous est offert en quelque manière, de venir avec confiance nous présenter devant le Seigneur, à l’écart, avec lui, comme il y invite les apôtres. Demandons-lui la grâce qu’il nous fasse voir ce qui en nous, en des petites comme en des grandes choses de notre vie, constitue encore des divisions intérieures dans notre cœur. Donnons-lui ainsi l’occasion d’être saisi de compassion envers nous, afin qu’il puisse exercer son œuvre de miséricorde et de salut dans notre vie.

Est-ce bien clair pour nous ? il ne s’agit pas de nous faire plaindre ou de nous faire dorloter parce que nous ne nous sentirions pas bien. Il s’agit de nous livrer à la force et à la douceur du Seigneur, qui nous donne, « dans un seul Esprit, accès auprès du Père » qui désire que nous vivions dans la paix avec lui et avec toute personne.

fr. Anthony-Joseph de Sainte Thérèse de Jésus, ocd (Couvent de Paris)