Homélie pour ND du Mt Carmel - 16 juillet 2014

donnée au couvent de Paris

Évangile : JEAN 19, 25-27

Scapulaire de la Vierge du Carmel -  voir en grand cette imageNous fêtons aujourd’hui la Vierge Marie, sous le titre de Notre Dame du Mont Carmel, parce qu’elle est patronne de l’Ordre du Carmel. La Vierge Marie est présente dans l’Ordre du Carmel en tant que Mère et Souveraine du Carmel, elle est le modèle d’oraison et de contemplation pour les membres de l’Ordre. A la source de tout cela, il y a l’Évangile ! L’Évangile de Jean, que nous venons d’entendre, nous donne l’origine de la maternité de Marie sur les disciples de son Fils, et donc sur l’Église ! Jésus dit à sa mère : « Femme, voici ton fils  ». Il dit ensuite au disciple : « Voici ta mère ». Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Ces paroles, toutes simples, sont la source, l’origine de ce lien particulier que les disciples de Jésus peuvent et veulent avoir avec Marie, sa mère. Jésus sur la croix, dans son supplice, près de mourir, délivre ces paroles. Pourquoi dit-il cela ? Dire que Jésus voulait remédier au grand vide de son absence, Marie se substituant en quelque sorte à Lui, serait oublier que Jésus n’allait pas disparaître pour toujours dans la mort, puisqu’il allait ressusciter et envoyer l’Esprit Saint après son Ascension ! Marie ne remplace pas Jésus sur la terre, ni au ciel ! Mais comment alors entendre ces paroles ?

Considérer Marie comme sa mère, se considérer comme enfant de Marie, permet d’entrer dans la famille spirituelle et humaine de Jésus, cela permet d’entrer plus avant dans la connaissance du mystère de l’Incarnation et donc dans la connaissance du mystère de Dieu. Le Carmel s’inscrit dans cette tradition née de ces paroles de Jésus en croix. Le titre officiel de l’Ordre est Frères déchaux de l’Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel. Il est bien dit « Frères » et pas « Fils » ! Mais cela ne pose pas de problème car nous ne sommes pas dans des liens biologiques mais spirituels. Cette fraternité n’est pas contradictoire avec le lien filial, elle traduit un grand désir spirituel de proximité avec la Vierge Marie, un grand désir de lui ressembler, de l’imiter. Marie est certes notre mère, mais elle est aussi notre sœur. Ne dit-on pas d’elle qu’elle est la sœur des pécheurs ?

La Vierge Marie est présente au Carmel par son humilité, sa disponibilité, son obéissance à Dieu, sa prière silencieuse et contemplative. La Vierge Marie est un modèle d’oraison et de contemplation. L’oraison, la prière silencieuse à la manière de Marie est la prière du pauvre, de celui qui se reconnaît pauvre de Dieu, pauvre en Dieu. Avec Marie, à l’exemple de Marie, nous pouvons nous nourrir de la méditation continuelle de la parole de Dieu, être persévérant au quotidien dans ce que l’on doit faire, dans le service rendu avec humilité, avec constance, abnégation, à travers toutes les péripéties de la vie. Marie vivifie notre vie spirituelle et nous aide à nous approcher du Christ, son Fils, elle nous donne aussi d’aimer et de servir l’Église comme elle le fit au cénacle avec les apôtres.

La souveraineté de Marie au Carmel ne ressemble pas à celle des souverains de la terre Marie est souveraine parce qu’elle est donnée entièrement, entièrement fidèle à l’enseignement de son Fils, elle nous renvoie constamment à Lui par le fameux Faites tout ce qu’il vous dira. Cette souveraineté enfin repose pour nous sur l’assentiment à la parole de Jésus : Voici ta mère. Si nous acceptons de recevoir Marie comme notre mère nous considèrerons notre suite du Christ d’une autre manière. Nous irons dans notre chemin de foi avec une empreinte mariale, discrète, réelle et efficace qui nous fera grandir dans la foi, l’espérance et la charité, dons de Dieu que nous avons tant de mal à accueillir.

La Vierge Marie, remplie de l’Esprit Saint, a fait sur cette terre l’expérience d’une vie théologale pleine, la grâce reçue en elle n’a pas été vaine, dissipée, gaspillée comme nous pouvons le constater, hélas, dans nos vies ! Alors pour nous, pauvres pécheurs, que pouvons-nous espérer quand nous nous confions à la Vierge Marie, quand nous la prenons chez nous ? Simplement, de vivre la foi d’une autre manière… La vénération simple et joyeuse de Notre-Dame du Mont-Carmel, dans cette fête solennelle du 16 juillet, peut nous conduire à vivre plus profondément les vertus théologales, à revêtir le scapulaire du Carmel, signe de proximité avec la Vierge, d’une manière plus intérieure et surtout à être plus près de son Fils, Notre Seigneur et notre Dieu, Lui qui est mort sur la croix pour nous donner la vraie Vie, celle du règne de l’Amour ! Amen

fr. Robert Arcas ocd