Sainte Famille, Luc 2, 41-52

Après Noël, nous célébrons aujourd’hui en une même fête les trois personnes qui forment ensemble la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Et nous les fêtons non pas chacun pour eux-mêmes, mais en tant qu’ils forment cette entité particulière qu’est la famille humaine du Fils de Dieu. Jésus, Marie et Joseph, voilà un trio bien particulier, tant par les prodiges de la grâce opérés en chacun de ses membres que par la mission accomplie pour réaliser le dessein de Dieu. La Sainte Famille est unique, et les membres de nos familles n’ont pas à s’identifier particulièrement avec l’un ou l’autre de ses membres.

Cependant, en tant qu’œuvre achevée de l’amour dans la vie familiale, c’est un exemple pour notre vie familiale. Ce qui est remarquable, c’est leur disponibilité, leur accueil du dessein de Dieu et leur attitude de service pour réaliser ce qu’ils comprenaient de la volonté de Dieu sur eux, de l’annonce faite à Marie, puis à Joseph, de la naissance de Jésus, puis au départ en Egypte, et la vie cachée à Nazareth. Dans toutes ces aventures, on relève une attitude d’écoute et de service dans une très grande humilité. La Sainte Famille fut au plus haut point une communauté croyante, une communauté priante et une communauté servante. Leur vie familiale est traversée par la grâce de manière particulière, on ne peut que le contempler. Mais nous pouvons nous inspirer de la façon dont ils se sont ouverts à la présence et à l’œuvre de Dieu dans leur vie.

Nos familles, à leur mesure, sont elles-mêmes des communautés croyantes, priantes et servantes. La découverte du dessein de Dieu et l’obéissance à ce dessein se réalisent dans la communauté conjugale et familiale à travers l’expérience humaine de l’amour vécu. C’est sur ce chemin que s’engagent les familles chrétiennes, chemin où s’entrecroisent la grâce divine et l’amour humain. La particularité de la famille chrétienne est de vouloir découvrir et développer l’Amour même de Dieu au sein de leur amour naturel, conjugal et familial. C’est dans le quotidien de nos vies que la grâce divine se manifestera. Marie et Joseph n’ont pas recherché l’extraordinaire, mais ils ont été ouverts à l’œuvre extraordinaire de Dieu dans leur vie.

C’est cette attitude de foi et de service qui est pour nous exemplaire. En cela, comme la sainte famille, la famille chrétienne n’est plus tout à fait ordinaire. Plus que toute autre réalité spirituelle, le sacrement du mariage, qui fonde la famille chrétienne, est le modèle de l’humain ouvert au divin. En formant une communauté de vie et d’amour, la famille chrétienne témoigne de l’alliance fidèle et féconde que notre Dieu Trinité propose à tous les hommes. Et en vivant cela au quotidien et, si Dieu le veut, durant de longues années, la famille permet à ses membres de réaliser l’amour authentique qui est la vraie sainteté.

Lors de la rencontre mondiale des familles chrétiennes, en juillet dernier à Valence en Espagne, le pape Benoît XVI invitait à redécouvrir les valeurs familiales authentiques qui font de chaque famille « comme un sanctuaire de l’amour, de la vie et de la foi ». Le sanctuaire est le lieu sacré dans lequel on entre avec respect, le Saint-Père veut signifier par là la valeur et la dignité de la famille. Dignité et valeur de la famille car c’est le lieu privilégié où toute personne apprend à donner et à recevoir l’Amour véritable. L’amour vrai en acte est donc au cœur de la vie et de la vocation familiale. En nous ouvrant le mieux possible à la présence de notre Dieu Trinité dans notre vie, nous réaliserons, avec nos limites, le moins mal possible, cette vocation à l’amour.

La Trinité est par excellence la communauté de vie et d’amour, c’est en l’accueillant que la famille peut devenir aussi une véritable communauté de vie et d’amour. En apprenant ensemble ce qu’est l’amour réciproque, nos familles deviennent le lieu de la véritable évangélisation en profondeur. À côté des lieux de formation intellectuelle et spirituelle, et à côté de la vie en Eglise, la vie familiale est le lieu privilégié de la mise en œuvre de notre foi et de notre charité. Sans cela, tant pour les enfants que pour le couple, la vie spirituelle n’aura pas la consistance qui lui permettra de durer et de porter des fruits.

C’est pourquoi il ne faudrait pas négliger de développer une authentique et profonde spiritualité conjugale et familiale. Cette vie spirituelle pourrait s’inspirer par exemple des thèmes théologiques de la création, de l’alliance, du mystère pascal et de l’accueil et du don. L’alliance fidèle et féconde des époux, l’accueil sans condition de l’autre et de l’enfant, l’engagement quotidien pour le bien-être de tous, le travail, l’engagement social et politique pour le bien commun, tout cela offre des lieux nombreux et variés pour exprimer et vivre notre foi chrétienne, et pour l’enrichir même à travers les épreuves.

Actuellement, une tâche essentielle de nos familles chrétiennes est de former les hommes et les femmes d’aujourd’hui à l’amour authentique. Eduquer à l’amour et vivre l’amour dans tous nos rapports humains est l’œuvre particulière et irremplaçable des familles. Devenir éducateur de l’amour vrai est pour les époux chrétiens la première œuvre d’évangélisation envers leur enfant. Et pour les hommes d’aujourd’hui, c’est probablement l’œuvre la plus prophétique. Dissiper les mirages des amours factices peut être une formidable œuvre pour les familles chrétiennes. C’est une tâche immense qui nécessite un enracinement spirituel pour la famille en devenant une communauté croyante, priante et servante. À l’exemple de la sainte famille, nous ne recherchons rien d’extraordinaire, mais nous laisserons, si Dieu le veut, la grâce opérer en nous des choses extraordinaires.