Prendre le Christ pour ami

PRENDRE LE CHRIST POUR AMI

Voici quelques textes extraits de la Vida, pour alimenter notre temps de rencontre avec le Christ Jésus :

22, 7. Notre bon Maître est pour nous la source de tous les biens : lui-même vous enseignera. Regardez sa vie, il n’est pas de meilleur modèle. Avoir à son côté un tel ami qui n’abandonne pas, comme les amis du monde dans les épreuves et les difficultés, que peut-on souhaiter de plus ?

22, 10. Au milieu des affaires, des persécutions, des épreuves, alors que la tranquillité parfaite est impossible, ou bien encore dans les temps de sécheresse, c’est un excellent ami que Jésus-Christ. Nous le voyons homme comme nous, nous le contemplons dans l’infirmité, dans la souffrance : c’est pour nous une compagnie, et quand l’habitude en est prise, il est très facile de le trouver auprès de soi.

25, 17. O mon tendre Maître ! Que tu es bien l’ami véritable ! Étant tout-puissant, ce que tu veux, tu le peux. Et jamais tu ne manques de vouloir, quand on t’aime. Ah ! que tout ce qui est ici-bas te loue, Seigneur ! Et que ne puis-je faire retentir ma voix dans l’univers, pour annoncer combien tu es fidèle à tes amis ! Toutes les créatures peuvent nous manquer : toi qui en es le maître, tu ne nous manques jamais.

37, 5 Je le comprenais, s’il est Dieu, il est homme aussi et il ne s’étonne pas des faiblesses des hommes : il connaît notre misérable nature exposée à tant de chutes par suite du péché originel, qu’il est venu réparer. Tout Seigneur qu’il est, je puis le traiter en ami.

40, 1.3.4. Mais il me fut dit : « […] Sais-tu ce que c’est que m’aimer véritablement ? C’est comprendre que tout ce que ne m’est pas agréable n’est que mensonge. Cette vérité, que tu ne comprends pas à présent, tu la saisiras au profit qu’en retirera ton âme. » […] Par là aussi, je compris ce que c’est que marcher dans la vérité, en présence de la vérité. Et Notre-Seigneur me fit connaître qu’il est lui-même cette Vérité. […] Cette vérité qui me fut ainsi manifestée est Vérité en elle-même, elle est sans commencement et sans fin. Toutes les autres vérités dépendent de cette Vérité, de même que tous les autres amours dépendent de cet Amour et toutes les autres grandeurs de cette Grandeur.