14e Dimanche T.O.-C-

« Il les envoya deux par deux »

Vous n’allez pas, mes sœurs, partir deux par deux sur les routes, parce que c’est ici même que vous œuvrez avec le Seigneur pour le rachat du monde ; et pourtant, parmi les consignes de mission que Jésus donne à ses disciples, il en est deux qui rejoignent le cœur de votre vie journalière.

La première est celle-là même qui ouvre le discours de Jésus, celle qui sans doute lui tenait le plus à cœur : « Priez le maître de la moisson ».

Lorsque nous pensons aux besoins de l’Église, au petit nombre des ouvriers et des ouvrières, à la crise des vocations, qui est quasi générale maintenant dans l’hémisphère nord, trop souvent notre prière reste timide, et parfois même pessimiste. Nous demandons l’aide de Dieu, mais en nous résignant au pire. Or, si nous croyons vraiment à la puissance de notre Père, à la présence de l’Esprit qui souffle où il veut, nous ne pouvons pas prier comme des lutteurs découragés, comme des gens battus d’avance.

Jésus ne nous dit pas de prier dans l’attente d’une catastrophe, mais parce que la moisson n’a jamais été aussi belle, qu’elle lève de partout, et qu’il faut chaque jour un supplément de bras et de cœur à l’ouvrage.

Dieu sait ce qu’il a semé, et il connaît bien le rendement de ses champs. Ce serait lui faire injure que de ne pas regarder comme lui l’avenir avec confiance, car Dieu ignore la défaite, et son Fils a vaincu toutes les inerties et tous les refus du monde.

Si nous nous lassons de prier pour les moissonneurs, c’est peut-être que nous ne croyons pas suffisamment à la moisson, à la moisson d’aujourd’hui.

Et la deuxième consigne du Seigneur va dans le même sens : « Dites aux gens : le Règne de Dieu est arrivé chez vous ! »

Si notre vie cachée et renoncée a quelque chose à dire au monde, c’est bien avant tout cela : Dieu existe ; nous le rencontrons dans la foi, en Jésus Christ, et il vient au-devant de tous ceux qui le cherchent. Notre joie communautaire, notre enracinement personnel dans la paix et la confiance, notre sérénité dans l’épreuve, notre enthousiasme pour la prière et la mission de l’Église n’ont que cela à proclamer, humblement et inlassablement : notre monde est dans les mains d’un Père, qui le mène « avec des liens d’amour » et « lui apprend à marcher » depuis des siècles (Os 11,1-9) ; l’univers est dans les bras de Dieu, et le peuple saint que son Esprit rassemble est « comme un nourrisson qu’il fait manger et qu’il cajole contre sa joue ».

Le drame de notre monde est de ne pas croire à cet amour, de ne pas voir et reconnaître que Dieu, aujourd’hui, est à l’œuvre pour le bonheur de l’homme, de ne pas entendre cette plainte que le prophète Osée mettait sur les lèvres du Seigneur d’Israël :

« Ils n’ont pas compris que je prenais soin d’eux ! »

Fr. Jean-Christian Lévêque,o.c ;d.