1er Dimanche de Carême -C-

Les tentations de Jésus

Les tentations de Jésus diffèrent des nôtres sur un point essentiel : lorsque nous sommes tentés, nous pauvres pécheurs, le péché trouve toujours en nous une secrète connivence, parce que notre liberté est blessée.

Pour Jésus, bien des projets, bien des choix, bien des solutions pouvaient se présenter à son intelligence ou traverser son imagination ; mais sa liberté d’homme était à ce point en harmonie avec le vouloir du Père qu’une révolte ou un refus étaient proprement impensables. En tout il s’est voulu semblable à nous ; en tout sauf le péché. C’est l’une des facettes de son mystère, du mystère de sa personne de Fils de Dieu, vrai Dieu et vrai homme.

Conscients de ce mystère, respectueux de ce mystère, revenons au récit de notre évangile - reflet fidèle des grandes options de Jésus - pour mieux situer ces tentations dans la vie du Seigneur, dans la tradition d’Israël et dans notre vie de foi et d’espérance.

Dès le début de son ministère Jésus se trouve confronté avec les forces du mal. Dès le début il a été victorieux ; il sera vainqueur également lors de l’assaut final, son agonie et sa passion.

L’Évangile fait le lien entre ces deux extrémités. Nous lisons en effet, après la troisième tentation : « Ayant épuisé toute tentation possible, le tentateur s’éloigna de lui jusqu’au moment fixé », ce moment auquel Jésus fera allusion lorsqu’on viendra l’arrêter au jardin des Oliviers : « C’est maintenant votre heure ; c’est le pouvoir des ténèbres » (Lc 22,53).

Entre les tentations au désert et la tentation de Gethsémani, Jésus n’a cessé de combattre les forces du mal et de les vaincre par ses guérisons et ses exorcismes ; et les trois tentations du désert renvoient à trois types d’action et d’influence que Jésus a refusés toute sa vie :

  • « Ordonne à ces pierres de devenir des pains ! », … ce serait le messianisme de l’abondance.
  • « Tu auras la gloire de tous les royaumes ! », … ce serait un messianisme de puissance.
  • « Jette-toi en bas, les Anges te sauveront ! », … ce serait un messianisme de prestige.

Or, dans le projet de Dieu, la seule puissance de Jésus doit être le rayonnement de la vérité.

Ce récit des tentations était d’autant plus parlant à la première génération chrétienne qu’il évoquait les trois tentations d’Israël durant la marche au désert :

  • les pierres à changer en pains évoquaient l’épisode de la manne (Ex 16) ;
  • l’adoration réclamée par le tentateur renvoyait à l’apostasie du veau d’or (Ex 32) ;
  • et la tentation de forcer la main à Dieu pour un miracle rappelait la révolte du peuple à l’oasis de Massa (Ex 17).

Les trois tentations que Jésus a écartées personnellement, en tant que Messie envoyé de Dieu, Israël les avait connues, collectivement, en tant que peuple témoin de Dieu.

Et nous les retrouvons dans notre propre vie de baptisés, ces trois séductions de l’abondance, du pouvoir et du chantage à l’amour de Dieu.

Nous aimerions que notre foi nous assure la sécurité, que notre place de témoins du Christ dans le monde serve notre volonté de puissance, que Dieu nous « rattrape au vol » et soit une assurance sur la vie lorsque nous jouons avec le danger moral ou lorsque nous faisons sur l’avenir des paris un peu fous.

L’exemple de Jésus nous fait tourner le dos à ces tentations. Parce que nous sommes baptisés, parce que l’Esprit Saint nous donne part à l’œuvre messianique de Jésus, nous renonçons à miser sur l’aisance, sur la puissance, sur le sensationnel, et pour entrer dans la victoire de Jésus, nous imitons sa liberté.

C’est tout le sens de notre Carême :

  • vivre à fond, et pas seulement de pain ;
  • adorer Dieu seul, en lâchant devant lui tout reste de puissance ;
  • aimer Dieu avec suffisamment de gratuité pour cesser de le mettre à notre service.

Alors notre nourriture de chaque jour, nécessaire et agréable, sera d’accomplir sa volonté.

Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.